Risque d’explosion sociale en Algérie : Sellal intervient en catastrophe

23

ALGÉRIE (Tamurt) – Devant les multiples risques d’explosion sociale qui guette l’Algérie, suite à la crise économique et financière ayant surgi en juillet 2014, suite à la chute subite du prix du pétrole, le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, est intervenu en catastrophe, mercredi en soirée, dans le but de tenter de calmer les esprits.

Devant trois journalistes de la presse publique (aucun journaliste de la presse privée n’a été convié à l’émission diffusée simultanément par toutes le chaines de télévision publiques et toutes les radios nationales et régionales), Sellal a tenté, difficilement, de minimiser, au maximum, l’impact de cette crise. Il a essayé de rassurer les algériens. Mais le premier ministre avait l’air peu rassurant et loin d’être convaincant, compte tenue de la réalité des chiffres, notamment le contenu de la loi de finances 2017, validée mercredi dans la journée. Une loi de finances qui prévoit encore des augmentations des prix alors qu’une hausse similaire avait été enregistrée le 1er janvier 2015.

Abdelmalek Sellal n’a d’ailleurs pas nié que le pays traverse des moments extrêmement difficiles. Il a également affirmé que le gouvernement éprouve d’immenses difficultés pour gérer la situation. Rappelons que la loi de finances, qui a été votée à l’unanimité par l’Assemblée populaire nationale (APN),  prévoit de nouvelles hausses dans les prix. A titre d’exemple, le prix de l’essence va encore subir une hausse de cinquante pour cent dès le premier janvier 2017, alors qu’il y a tout juste une année, le même produit avait déjà connu une hausse de trente cinq pour cent. L’intervention de Sellal intervient, entre autres, au lendemain d’une information persistante faisant état d’une grève nationale des commerçants de cinq journées consécutives à partir du 2 janvier prochain.

Lyès Medrati    

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici