Saccage des bidonvilles de Haouch Zarzara : Un des blessés de Larvaâ Nath Irathen succombe

62

KABYLIE (Tamurt) – La situation dégénère à Larvaâ Nath Irathen. La nouvelle de la mort d’un des quatre blessés à Haouech Zarzara a jeté de l’huile sur le feu. La victime, un jeune de Larvaâ Nath Irathen, été sauvagement agressée le 06 octobre dernier par des arabes du bidonville sis à côté de la RN15, au barrage d’eau de Taksebt.

Des habitants de Larvaâ sont descendus ce matin dans le vaste bidonville pour exprimer leur colère mais aussi pour sacager ce village qui est la source de tous les malheurs de la région.

Des heurts violents ont éclaté avec les arabes. Les manifestants kabyles en furie ont saccagé certaines habitations. Au moment où nous mettons sous presse, les émeutes qui ont éclaté vers 10 heures de ce matin continuent sur le terrain.

De loin, des fumées des baraques et des pneus brûlés apparaissent. Des villageois d’autres localités affluent des localités de la haute Kabylie pour donner un coup de main aux habitants Larvaâ. Les affrontements prennent de plus en plus d’ampleur. Le litige s’est transformé en conflit ethnique. Les arabes et les Kabyles sont en confrontation face à face. Deux blessés graves dans le camps des arabes ont été déjà signalé.

Les services de sécurité n’ont pas osé intervenir pour le moment, selon des échos qui nous sont parvenus. Notons que le 06 octobre dernier des dizaines de gangsters de ce Houech habités par des arabes ont dressé un barrage à Zarzara, juste avant d’arriver à Irdjen, et ont agressé plusieurs passagers. Quatre citoyens de Larvâ a ont été hospitalisée au CHU de la ville de Tizi-Ouzou, ou l’un d’eux a succombé ce matin. Une grève générale a été décidée hier à Larvaâ Nath Irathen pour dénoncer la passivité des services de sécurité qui ont fermé leurs yeux sur ce drame.

Les arabes de Zarzara ont été chassés durant les années 1990 de la ville d’Azougun pour banditisme.

Nassim N