Saïd Sadi : un homme imbu de sérénité, résolution et nationalisme

33

KABYLIE (Tamurt) – Par les temps qui courent, il vaut mieux éviter de mettre ses œufs dans le même panier. Voici d’ailleurs, in extenso, la phrase de M. Sadi : « Les Kabyles s’entretuent. Il n’y a qu’à le faire savoir et… espérer ou, mieux, faire en sorte que cela continue. Voyez-vous Monsieur Benachenhou, si l’antikabylisme devait faire le bonheur de l’Algérie, notre pays, compte tenu de l’énergie que votre clan a mis à cultiver ce travers, serait au firmament des nations. Faut-il, dès lors, s’étonner, devant tant de perfidie, de voir des désespérés se réfugier dans des aventures sécessionnistes? »

Désespérés, aventuriers et sécessionnistes. Voilà des mots lourds de sens dans la bouche de quelqu’un qui déclare à tout va que « Le RCD plaide pour la formule espagnole d’État unitaire régionalisé organisé sur la base du principe d’une régionalisation modulable. Ce modèle permet une organisation très souple dans les intégrations des régions ». En plus d’être des insanités, ces assertions sont des invites à stigmatiser le MAK et ses militants.

Que dit d’autre le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie? Quelle différence y a-t-il entre un autonomiste et un « régionaliste modulable »? On attend de M. Sadi une explication de texte, lui qui a fait depuis longtemps du discours prétendument pédagogique son violon d’Ingres.

Non, M. Sadi! Au MAK, il n’y a aucun désespéré, ni aucun sécessionniste. Il y a seulement des militantes et militants qui assument un combat pour la liberté d’un peuple otage d’un régime qui le dépersonnalise à petit feu et le tue massivement à l’occasion. Ce que d’ailleurs vous affirmez dans votre livre.

Le peuple kabyle vous a presque pardonné votre acoquinement avec Bouteflika, l’actuel chef de file du clan d’Oujda, mais au lieu de faire amende honorable et demander pardon, vous persistez dans l’aveuglement et l’autoritarisme qui ont mis votre parti en porte-à-faux patent en Kabylie.

Il y a quelque temps, vous avez écrit un livre que vous avez intitulé « L’échec recommencé ». Ce titre prémonitoire s’adresse aujourd’hui en premier lieu à vous-même. Car vous avez échoué dans toutes vos ambitieuses entreprises nationalistes, ou fédératrices d’Afrique du Nord, de la Méditerranée, voire du
« Monde arabe » auquel vous semblez croire encore. Aujourd’hui, pour camoufler la vacuité de votre action politique de 20 ans, vous mettez dans votre collimateur la Kabylie dans le but de vous refaire une virginité.

Pourtant, le MAK ne s’est jamais considéré comme le parrain de la Kabylie. Il a toujours appelé à l’unité des rangs de tous les Kabyles jaloux de leur langue, de leur culture et de leur histoire dans le but de fonder une entité kabyle propre à même de prendre en charge le devenir de son peuple.

Au lieu de contribuer au sauvetage de la Kabylie, M. Sadi choisit de dévoyer l’action de son parti en la dirigeant contre le MAK. Pour se donner l’illusion d’exister encore un peu, il ne trouve rien d’autre que de venir parasiter les actions de ce Mouvement qui le supplante en Kabylie, lui et d’autres orphelins politiques de l’Algérie « une et indivisible ».

Amokrane Tahert, citoyen kabyle

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici