Salima Aït-Mohamed : « Réponse au droit de réponse »

5

DROIT DE RÉPONSE (Tamurt) – Tandis que je n’avais cité aucun nom, cet individu pathétique s’avance et endosse honteusement la responsabilité de celui qui persécute une femme auteure et artiste, anciennement journaliste qui, depuis plus de 20 ans consacre son œuvre pour la culture en général et pour la sauvegarde du patrimoine berbère en particulier.

D’où nous vient donc ce genre d’énergumène qui me déclare mon arabo islamisme alors que ma conviction laïque date de mes 18 ans ?

D’où vient cet homme qui voudrait me voir enfermée, car étant femme ?

Depuis quand, nous Kabyles, sommes-nous devenus une société qui enferme les femmes.
Avons-nous oublié que nous demeurons des enfants de La Kahéna, de Tin Hinan, et de Fadhma N’soumer ?

Je suis outrée par les mots indignes et irrespectueux qui ont été prononcés suite à cet entretien qui, lui, célèbre la liberté, la paix, le respect des droits de l’homme, la pertinence et l’esprit.
Je suis affligée de voir que des extrémistes odieux traînent si près dans nos espaces de culture et de débats.

Cet homme démasqué qui représente une « sombre autorité » laissera donc son nom dans l’histoire de la culture kabyle comme le persécuteur de Salima Aït-Mohamed, propre aux bibliothèques et autres lieux de culture et d’intelligence.

Quelle pitoyable célébrité !

[Soutien à l’écrivaine Salima Aït-Mohamed->http://www.petitions24.net/soutien_a_lecivaine_salima_ait-mohamed]

Le 29/03/2012.