Le secrétaire national du FFS s’en prend au MAK à Tizi-Ouzou

19

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le nouveau secrétaire national du FFS, le constantinois Abdelmalek Bouchafaa, s’est attaqué avant-hier, samedi, au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie. Dans un arabe châtié et devant une assistance composée seulement d’une dizaine d’élus du FFS, le secrétaire de ce parti a trouvé beaucoup de plaisir à dénigrer  les souverainistes kabyles qu’il qualifiera au passage d’agents à la solde des puissances étrangères.

C’est à partir de Tizi-Ouzou que cet énergumène a versé son venin sur les kabyles les plus crédibles. Ce responsable du FFS n’a soufflé aucun mot sur la cascade d’arrestation des militants du MAK, alors que son parti continue à défendre les terroristes du FIS qui ont tué des milliers d’Algériens ! Ce Abdelmalek Biouchafaa, inconnu sur la scène politique, ose aussi réclamer la démocratie et fait semblant de ne pas savoir que la majorité des kabyles sont derrière le MAK. Il ne sait pas que dans des pays vraiment démocrates, les mouvements souverainistes  ont le droit de convoquer des référendums d’autodétermination.

On comprend aujourd’hui pourquoi la démocratie en Algérie ne sera jamais appliquée. Les partis qui se présentent comme démocrates sont les premiers à défendre la dictature. Un parti politique qui refuse l’existence d’un autre mouvement politique pacifique n’est pas un parti démocratique. Le MAK a le droit d’exister et d’autres partis et mouvements qui ne partagent pas son combat ont aussi le droit d’exister en Kabylie et ailleurs. C’est au peuple kabyle de décider de son avenir.

Lounès B