Seif al-Islam Kadhafi condamné à mort, sera exécuté par peloton d’exécution

16

TRIPOLI (Tamurt)  Après un procès de 16 mois, Seif al-Islam Kadhafi, ex futur héritier du trône en Libye, le fils le plus en vue du défunt dictateur libyen, Mouammar Kadhafi est condamné à mort par le tribunal de Tripoli . Arrêter depuis 2011 par un groupe d’opposant à son père, Seif El Islam est détenu à Zenten par ce même groupe qui est aujourd’hui opposé aux autorités contrôlant Tripoli.

Seif al-Islam, qui a comparu au total à trois reprises par vidéoconférence depuis Zenten, n’a pas été vu depuis juin 2014 et on ignore où il se trouve, selon Human Rights Watch (HRW). Sur les 37 accusés, 29 étaient présents dans la salle du tribunal du centre de Tripoli.

Le tribunal a également condamné à mort le dernier Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, et son ex-chef des services de renseignements, Abdallah Senoussi qui a été extradé en septembre 2012 par la Mauritanie, où il avait trouvé refuge après la chute du régime. En total 09 accusés ont été condamnés à mort par peloton d’exécution, huit à la prison à perpétuité, quatre ont été acquittés et les poursuites ont été abandonnées pour un accusé qui sera transféré dans un hôpital psychiatrique. Les autres prévenus ont été condamnés à des peines allant d’un à 12 ans de prison.

La Libye avait débouté la cour pénale internationale de ses demandes d’extradition de Seif al-Islam qu’elle a formulé pour des doutes sur la capacité de Tripoli à lui garantir un procès juste et équitable, mais, elle avait toutefois donné son feu vert à la Libye pour juger M. Senoussi.

depuis cette semaine plusieurs voie se lèvent pour dénoncer une mascarade de procès.

Le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a dénoncé les condamnations à mort, estimant que l’affaire aurait dû être portée « devant la Cour pénale internationale de La Haye pour un procès équitable ». La mission de l’ONU en Libye a regretté que l’accusation n’ait présenté ni témoin, ni document.

Massi N