Seksu, plat oriental malgré lui ! Les mensonges des états nord-africains !

16
couscous
couscous

CONTRIBUTION (Tamurt) – Tout est permis pour défendre l’arabisme d’état ! Même le mensonge ne les dérange pas ! Les états nord-africains continuent à dévoiler leur politique « d’extermination » du peuple amazigh. Cette fois-ci, c’est la gastronomie amazighe qui en prend un coup. Elle doit être arabisée. A quand la tapisserie et la céramique kabyle ou amazigh ? L’Algérie veut faire rentrer à l’UNESCO, en coopération avec les autres états dits arabes de Tamazgha, Seksu (couscous) comme plat maghrébin. Il deviendra ainsi un plat du monde arabe occidental. La langue arabe fut bel et bien décrétée comme langue nationale et officielle sans l’aval des Amazighs en Algérie.

En Europe, et plus particulièrement en France, « SEKSU (Couscous) fut toujours mentionné comme plat oriental sur la carte du menu dans les restaurants algériens, marocains, tunisiens, juifs et même libanais ! La France est-elle coupable ? Oui, mais pas seule !

Aidée par la crédulité des peuples amazighs sans états, elle s’est jurée de continuer à les arabiser en tant « qu’indigènes ». Mais, comme ces derniers prétendent, qu’ils sont arabisés par l’Islam (heureusement pas tous), fait que leur soumission est pratiquement totale aux idéaux arabo-orientaux de leur totalitaire gouvernement respectif, inféodé à la ligue arabe. Cette ligue, conglomérat de pays non démocratiques, emploie le pléonasme grandiloquent et ridicule du « Grand Maghreb arabe » pour désigner le demi-continent nord-
africain.

Dans l’imaginaire occidental et oriental, Maghreb désigne, en vérité, l’occident arabo-musulman. Est-ce un complot, principalement contre la Nation Kabyle ? Tout prête à le croire, aujourd’hui ! Les Kabyles ont organisé, en grande partie, la résistance contre l’ancien occupant français. Le pouvoir hexagonal à Paris, son imitation à Alger et une certaine presse française ruminent toujours
leur revanche contre le peuple Kabyle. En rabâchant constamment dans nos oreilles ce mot « Maghreb », les canards et les télévisons « gauloises » trouvent une sorte de plaisir intellectuel à assurer la promotion du colon arabo-islamiste d’Alger contre les autochtones de Tamazgha. Ils savent bien, que décodé, le mot « Maghrébin » signifie « arabe de l’ouest » de Tamazgha. Le plat « Seksu », originaire de ce Nord de l’Afrique, ayant absorbé les épices du sous-continent indien, sans perdre son identité, prend ainsi une connotation arabo- orientale.

Le marketing gastronomique des français d’Algérie établis en France depuis 1962, a falsifié son origine. Les Pieds-Noirs ont gratifié d’un beau cadeau, involontairement, les colons arabo-islamistes d’Alger. Le jacobinisme français, encore très puissant dans toute la francosphère, ne s’émeut aucunement de détenir « la médaille du mensonge » dans l’usage, outrancièrement francisé, de la sémantique arabe en Afrique du Nord. Le mimétisme de la presse anglo-saxonne, très influencé par l’Islam « arabe », un non-sens en soi, accentue les
ravages dans la culture kabyle et amazighe, non-totalement désamazighisée par l’arabisation par l’Islam. Les régimes impérialo-arabo-islamistes de Tamazgha, soutenus par la vicieuse politique néo-colonialiste occidentale, utilisent volontiers cette formule magique « arabisés par l’Islam », afin de soumettre les peuples amazighs.

Mais l’UNESCO et les autres instances internationales onusiennes n’ont d’ouïe que pour les peuples organisés en état, reconnu par l’ONU. La Palestine en est une exception, car soutenue par plus de vingt pays arabes. La Kabylie, jusqu’à nos jours, n’a pas encore ce privilège. Le peuple Kabyle « sentant sa mort prochaine », réclame légitimement son indépendance. Il a devant lui non seulement l’Algérie et tous les pays arabes, mais comme toujours la France jacobine, qui a arrimé dans son giron l’Union européenne.

Le pays des Kabyles, n’étant pas encore membre de l’ONU, ne peut s’acquitter du droit d’adhésion à l’UNESCO. Les dirigeants nord- africains l’ont compris depuis longtemps. Ils ont hâte de soulever la matraque du hideux colonialisme arabo-islamiste contre les peuples amazighs en falsifiant, comme à leur habitude, l’histoire de l’Afrique du Nord. L’UNESCO, institution honorable, doit refuser leurs supercheries, même si le Lobby arabiste des pouvoirs nord-africains et moyen-orientaux fera pression par sa colossale cagnotte financière.
Ses pétrodollars lui donneront facilement accès aux chancelleries occidentales. Déjà, son influence va de l’industrie européenne, en passant par les clubs sportifs, les banlieues pommées des grandes villes françaises, les mosquées radicales islamiques et la politique dans les capitales occidentales.

Rien ne peut le freiner ! Il a reconquis avec beaucoup de complicité, sa colonie, l’Afrique du Nord et se réjouit de prendre le rôle du colonialisme français en Tamazgha et de la réduire en esclave culturelle. Ses adeptes zélés et ses mercenaires autochtones frappés d’indignité, comme, ces derniers jours, cette député algérienne Naima Salhi, pullulent dans ses « colonies » nord-africaines. Comme quoi les harkis, même en changeant de maîtres, ne meurent jamais !

Hsen Ammour