Selon le président de l’AMA : Seule l’autonomie du Rif peut apaiser les esprits.

3
Rachid Raha

TAMAZGHA (Tamurt) – Dans un entretien accordé au journal « Le carrefour d’Algérie», le président de l’assemblée mondiale amazighe, Rachid Taha, prône le statut d’état autonome pour le Rif. Il déclare que la meilleure solution de sortir de l’impasse et pour que des événements comme ceux-ci ne se répètent plus, l’Etat marocain doit doter cette région « d’un statut d’autonomie politique, comme il est stipulé dans l’article 3 de la « Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones », sans porter atteinte aux frontières nationales, en respectant l’article 46 de ladite déclaration ».

Il reproche à L’Etat marocain d’avoir détourné, de l’objectif attendu par les amazighs, le projet de régionalisation en organisant des élections en septembre 2015 pour désigner les présidents de région. Ce projet de régionalisation a été conçu en dehors des critères reconnus au niveau international et se base sur des critères sécuritaires et électoraux et répondait à un nouveau découpage au niveau administratif du territoire. Les résultats de ces élections régionales ont ramené des présidents de région qui rempilent et émanant du propre centre de pouvoir, choisis à la main. Ce nouveau projet de régionalisation ne se base aucunement sur l’élection au suffrage universel du président et des représentants du parlement régional et ne respectent pas les critères internationaux, en conformité avec le projet des Amazighes contenu dans notre «Manifeste de Tamazgha pour une confédération démocratique, sociale et transfrontalière, basée sur le droit à l’autonomie des régions», que l’Assemblée Mondiale Amazighe a adopté lors de son septième congrès à Tiznit en novembre 2013, soulignera-t-il.

Il dira, enfin, qu’il a la certitude que « toute la jeunesse amazighe vit un «nouveau printemps démocratique des peuples», avec une implication active sur le terrain, un printemps amazighe qui n’est plus circonscrit dans le temps qu’en Kabylie. Il s’est étalé dans tout l’espace de Tamazgha. Les actuelles informations qui émanent d’Afrique du Nord, que ce soit les contestations au Rif marocain, au Mzab et en Kabylie algériens, à Tataouine en Tunisie, à Azawad au sud-ouest libyen, …ses auteurs sont des hommes et femmes libres de Tamazgha…qui aspirent à plus de démocratie et à plus de partage de richesses naturelles et à plus d’échanges économiques entre nos Etats et à la libre circulation des capitaux et des personnes.

Amaynut