Il sera commercialisé cette année : Un timbre à l’effigie de Mouloud Mammeri

8
Mouloud Mammeri

ALGÉRIE (Tamurt) – A l’occasion de la célébration du centenaire de l’écrivain kabyle Mouloud Mammeri, un timbre à l’effigie de l’auteur de « la Colline oubliée » sera mis en circulation dans les prochaines semaines, selon des sources bien informées. Il s’agira de rendre hommage à l’un des précurseurs et pionniers de la recherche dans le domaine de la langue et culture Amazighes, qui a été aussi indirectement à l’origine du printemps berbère d’avril 1980.

Pour rappel, Mouloud Mammeri devait animer une conférence sur les poètes kabyles anciens à l’université de Tizi-Ouzou en mars 1980 mais les représentants du régime dictatorial de l’époque l’avait interpellé près de Tizi-Ouzou  pour lui signifier que sa conférence était interdite et qu’il avait intérêt à rebrousser chemin. Mouloud Mammeri est aussi l’auteur d’une œuvre colossale sur la culture amazighe dont « la Grammaire de tamazight », « Poèmes kabyles anciens », « Inayas Cheikh Mohand », « La colline oubliée », « La traversée », « L’opium et le bâton », « Le sommeil du juste », etc.

Même s’il avait occupé de hauts postes de responsabilité à l’époque du parti unique comme celui de secrétaire général de l’Union des écrivains algériens et celui de directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique, Mouloud Mammeri a réussi à réaliser un travail gigantesque de recherche  sur tamazight, culture et littérature, qui lui vaut aujourd’hui le statut de précurseur dans le domaine. A lui seul, Mouloud Mammeri a fait ce que plusieurs autres chercheurs réunis n’auraient pas pu accomplir en si peu de temps et avec autant d’érudition. Le caractère pointu des travaux intellectuels de Mouloud Mammeri font aussi de lui une exception. Tamazight lui doit beaucoup. Et, contrairement aux pseudo-chercheurs qui se sont servis de tamazight, notamment pour se remplir les poches, Mouloud Mammeri a servi tamazight et de fort belle manière.

Tahar Khellaf