Ses frasques commencent à être dévoilées : El Hadi Ould Ali a injustement viré 8 cadres au MJS

0

ALGÉRIE (Tamurt) – El Hadi Ould Ali a été viré de son poste de ministre de la Jeunesse et des Sports il y a quelques jours mais à ce jour, rien n’a filtré officiellement sur les raisons qui ont poussé Said Bouteflika à se débarrasser brutalement de cet homme qui lui a été toujours fidèle. Il est évident que les cercles au pouvoir feront tout pour ne pas « salir » El Hadi Ould Ali, non pas parce qu’ils l’estiment ou qu’il leur ferait pitié.

La raison de cette « protection » est tout autre. En effet, ayant été à maintes reprises directeur de campagne dans la wilaya de Tizi Ouzou du candidat Abdelaziz Bouteflika, il est évident que,  si des méfaits sont rendus publics sur Ould Ali, ceci porterait inéluctablement atteinte à la réputation du clan présidentiel. Ce n’est que cette semaine que des bribes d’informations commencent à circuler concernant les dépassements dont a été l’instigateur Ould Ali El Hadi en tant que ministre.

On parle de huit hauts cadres du MJS (ministère de la Jeunesse et des Sports) qui ont été injustement licenciés par El Hadi Ould Ali. Des cadres qui seront réhabilités et réintégrés dans les prochains jours par le nouveau ministre qui n’aurait trouvé, dans leurs dossiers, aucune raison valable justifiant le fait qu’ils aient été éjectés.  El Hadi Ould Ali était connus pour ce genre de pratiques, qui sont l’apanage des responsables incompétents, du temps où il était directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou où toutes les compétences et les personnes intègres avaient été limogées par le même El Hadi Ould Ali.

Il avait fait plusieurs victimes parmi les hommes de culture de la localité. El Hadi Ould Ali avait gardé à ses côtés uniquement les personnes qui ont une seule réaction à lui apposer : « Oui, oui, monsieur ». Ses victimes à Tizi Ouzou s’appellent : Ahmed Khoudi, Younès Adli, Ahmed Oufella, Youcef Ait Mouloud, Lounès Kheloui et la liste est encore très longue. Malheureusement, rien n’a été fait à Tizi Ouzou pour réhabiliter ces derniers contrairement aux huit cadres du MJS qui ont eu plus de chance.

Tarik Haddouche