Seuls les kabyles sont reconnaissants envers Boudiaf !

6

ALGERIE (Tamurt) – Pour ceux qui accusent les kabyles de racisme et de régionalisme, la réalité du terrain prouve le contraire. Les kabyles sont les seuls à rester reconnaissants envers le combat de Mohamed Boudiaf. 

Matoub Lounès, lui aussi assassiné un certain juin par le DRS, était le seul et unique artiste à lui rendre hommage. Pourtant Boudiaf n’est pas kabyle. Mais  la majorité des Kabyles, toutes tendances politiques, respecte cet homme qui a d’abord été un chef historique intègre. Lorsque il a été ramené par les généraux au pouvoir, il a défendu la laïcité et a reconnu les droits culturels et linguistiques des Berbérophone, mais hélas. Il a été tuépar ceux-là même qui l’ont placé à la tête de l’état.

Aujourd’hui, c’est le le 24e  anniversaires de son assassinat, retransmis en direct à la télévision, par un commando de la sécurité militaire (actuellement DSS). Comme d’habitude, imputer la liquidation sur le dos des islamistes était la meilleure solution de  se disculper pour les décideurs criminels algériens.

24 ans après son assassinat, les algériens ignorent cet homme de valeur. Seuls les kabyles l’évoquent et continuent à lui rendre hommage. Un exemple parmi d’autres qui indique clairement qui les kabyles ne sont jamais racistes. D’ailleurs, les hommes politiques les plus détestés du régime raciste d’Alger, sont ceux justement qui sont d’origine kabyle, comme Ahmed Ouyahia, El Hadi Ould Ali, Amara Benyounès et Khalida Toumi.

 Lounès B