Le silence compromettant du FFS et du RCD sur la répression du colonialisme arabe en Kabylie.

5
kabylie-carte-geographique

DIASPORA (Tamurt) – Il est clairement établi que l’état arabe algérien applique une véritable politique coloniale d’apartheid, violente, contre le peuple kabyle qui refuse  de se soumettre à la dépersonnalisation dont il est victime.

Les militants kabyles qui luttent pour le recouvrement de leur identité, de leur langue et de leur liberté sont systématiquement arrêtés, torturés, emprisonnés, par la les forces gouvernementales arabes algériennes. Au sein de ces forces gouvernementales, on trouve de nombreux kabyles, certains font de l’excès de zèle et accentuent la brutalité sur les militants kabyles pour être mieux notés par leurs supérieurs, d’autres par contre, conscients de la justesse de la cause, essaient quand ils le peuvent de concilier le besoin de vivre par ce travail et la loyauté envers leur frères qui subissent l’injustice de l’état arabe qui les emplois.

Ces tristes scénarios sont déjà vécus par les kabyles qui se sont levés contre le colonialisme Français. Ils avaient, rarement, eu affaire aux Français, c’étaient les kabyles de service comme ceux d’aujourd’hui  qui les torturaient et qui les bastonnaient. Mais ceci n’est pas spécifique au peuple kabyle, c’est commun à tous les peuples. Par exemple, pendant l’occupation de la France par les Nazis le régime de Vichy était formé exclusivement  de Français qui appliquaient la politique Nazie  d’expropriation et de déportation d’autres Français. Aujourd’hui, ce sont les hommes politiques kabyles, les hauts gradés de l’armée ainsi que  l’opposition de service dirigée par Mr Belabbas et Mr Bouchafa, qui sont devenus, par leur silence, des complices du colonialisme arabe en Kabylie.

Les kabyles souhaitent que leurs passeports, leurs cartes d’identité et leur état civil soient rédigés dans leur propre langue. Ils pensent qu’il est inadmissible que leur langue maternelle soit encore exclue dans les administrations et les écoles et qu’elle soit remplacée par une autre langue étrangère par la force et la terreur. Malheureusement Toutes les aspirations de du peuple  Kabyle ne sont pas défendues  par les partis du FFS et du RCD encore moins par les kabyles de service  exerçant dans le pouvoir, ils  se comportent tous  comme le cheval de Troie en acceptant le fait accompli. Tous les kabyles dignes de ce nom sont  maintenant convaincus qu’ils n’exerceront leurs droits élémentaires et fondamentaux  que dans un état kabyle libre et totalement indépendant de cette Algérie qui  veut devenir plus arabe que les autres pays arabes.

Kader DAHDAH