Silence total à la veille des présidentielles : Le FFS et le RCD continuent de brasser du vent

2
FFS et RCD
FFS et RCD

ALGÉRIE (Tamurt) – Alors que, théoriquement, l’Algérie est aux portes de l’échéance électorale la plus importante, à savoir les élections présidentielles, le Front des Forces Socialistes et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie continue de brasser du vent. Les dirigeants de ces formations politiques finissantes, font semblant d’activer sur le terrain mais ils ne disent rien quand il s’agit des choses « sérieuses » si tant qu’on peut dire que les élections présidentielles sont quelque chose de sérieux en Algérie où toujours les jeux sont fait et ficelés d’avance.

Alors que les responsables de ces deux partis, dont il ne reste qu’un lointain souvenir d’un passé radieux, ne s’expriment jamais sur cette question d’autres formations l’évoquent régulièrement ces dernières semaines. Il s’agit d’une attitude des plus absurdes quand on sait que ces deux partis ont toujours occupé les devant de la scène durant les années 90, du moins médiatiquement, concernant les événements revêtant une dimension importante.

Ne serait-ce, par exemple, que pour dénoncer le fait de l’existence de l’éventualité que l’actuel président brigue un cinquième mandat contre toute logique. Or, logiquement le FFS et le RCD devraient faire de l’opposition à tout nouveau mandat de Bouteflika un leitmotiv tant une telle possibilité sera tout simplement synonyme de soumission totale voire de complicité avérée.

En effet, les responsables du FFS et du RCD qui organisent depuis quelques jours des sorties publiques s’expriment sur toutes les banalités imaginables sauf sur les vrais sujets brûlants, notamment ceux qui fâchent. Ils n’effleurent même pas, dans leurs discours, les élections présidentielles de 2019 malgré la grande opacité qui les enveloppe d’ores et déjà. L’histoire retiendra également le silence assourdissant, aussi des dirigeants du FFS et de ceux du RCD, concernant la répression qui frappe de manière continuelle tous les citoyens kabyles partisans de l’indépendance de la Kabylie.

Tarik Haddouche