Sa sœur l’a déclaré mercredi « Nous détenons des vérités sur l’assassinat de Matoub »

36

KABYLIE (Tamurt) – « Ce n’est pas parce que nous sommes absents de la scène médiatique que nous avons, pour autant, cessé notre quête de vérité sur l’assassinat de mon frère », a déclaré à la presse, ce mercredi Malika Matoub sœur du poète assassiné, en marge de la commémoration du soixante-deuxième anniversaire de l’assassinat du poète assassiné.

Malika Matoub qui a pris part à cette cérémonie, au village Taourirt Moussa, a indiqué que, lors du procès de 2011 au tribunal de Tizi-Ouzou, elle s’était retirée de la salle d’audience et refusé de cautionner ce qu’elle qualifie de mascarade judiciaire. Malika Matoub, présidente de la Fondation Matoub Lounès, depuis 1999, a précisé que la vérité sur l’assassinat de Matoub n’a pas encore éclaté et qu’elle demeure une priorité pour elle. « Même quand nous traversons une phase de silence, cela ne veut pas signifier que nous avons abandonné notre recherche de la vérité sur l’assassinat de Lounès », a expliqué Malika Matoub.

« Cette dernière a rappelé qu’elle avait convié, dans un passé récent, des experts étrangers pour réunir des éléments fiables à même de faire avancer l’enquête ». Pour rappel, plusieurs centaines de personnes se sont rendus, ce mercredi 24 janvier à Taourit Moussa, afin de prendre part à la commémoration du 62 ème anniversaire de la naissance de Matoub. Cet événement a été une occasion pour rouvrir le tombeau de l’artiste ayant fait l’objet de rénovation. Les visiteurs ont aussi pu découvrir une nouvelle exposition de photos et autres documents inédits de Matoub Lounès exposés pour la première fois par la Fondation éponyme.

Il y a  lieu de souligner que cette Fondation considère la commémoration de cet anniversaire comme le coup d’envoi de l’année commémorative du vingtième anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès perpétré le 25 juin 1998, au lieu-dit Tala Bounane, dans la commune d’Ath Aissi, non loin d’Ath Douala.

Tarik Haddouche