Son fonctionnement est entièrement tributaire du bénévolat : Un club pédagogique est né à Boudjellil

4

CULTURE (Tamurt) – Pour créer de nouvelles habitudes et permettre aux jeunes de s’instruire davantage, la commune de Boujllil, située à une soixantaine de kilomètres de la ville de Bougie, a décidé de créer un club pédagogique. Une expérience unique dans la région. En effet, l’A.N.P.R (l’Association Nationale pour la Promotion Rurale) vient d’ouvrir, avec la collaboration de l’A.P.C de Boudjeillil, une petite école pluridisciplinaire dont le fonctionnement est entièrement tributaire du bénévolat. Une louable initiative qui redonnera l’espoir aux habitants de ce petit patelin de la vallée de la Soummam, qui se sentent oubliés depuis fort longtemps.

Ce club dispose d’un local spacieux et des équipements offerts par les collectivités locales. Les efforts des uns et des autres ont permis d’ouvrir la voie à la création d’une classe présco­laire, qui prend en charge des enfants âgés de 4 à 5 ans. Une partie du local a été aménagée et dotée d’équipements pour permettre aux­ femmes au foyer de suivre des cours de coutu­re, de broderie et de coiffure. Une opportunité pour fuir la monotonie quotidienne et se consacrer à quelque chose de très bénéfique pour tant de femmes qui vont respirer « l’air du dehors » et apprendre des métiers.

Cette petite école, qui vient de voir le jour, reçoit plusieurs fois par semaine des élèves de l’école primaire, aux­quels des cours de rattrapage sont dispensés par plusieurs professeurs. Les cours de rattrapage concernent aussi des collégiens et des lycéens qui préparent leur baccalauréat. L’encadrement pédagogique est choisi parmi les personnels acquis dans le cadre du pré-emploi et du filet social. En outre, une psychologue se consacre à la prise en charge psychique et à l’orientation scolaires des jeunes. Sa présence est indispensable dans ce genre de club.

« Je suis là pour écouter les jeunes et les aider à avoir confiance en eux. On a tous besoin d’être écouté et estimé. La communication est l’un des secrets de la réussite dans la vie. Le rôle d’un psychologue dans l’éducation est primordial, même si notre pays tarde à généraliser le suivi psychologique dans tous les établissements scolaires et pédagogiques, comme si c’était un plus ou un luxe dont on peut se passer. L’université algérienne forme des centaines de psychologues mais, en général, ces spécialistes rasent les murs au lieu d’aider leur concitoyens, qui ont énormément besoin d’eux», nous dit la jeune psychologue, diplômée de l’université de Bouzeréah (Alger).

Par ailleurs, un appel est lancé aux âmes charitables pour sponsoriser cette nouvelle école et perpé­tuer son action consacrée aux enfants et à la gent féminine.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici