Sorties des enfants du « zaim » : Un autre fils d’Ait Ahmed compare Ali Laskri à Ben Bella

0
Ali Laskri
Ali Laskri

ALGÉRIE (Tamurt) – Nous sommes en train d’assister, ces dernières semaines, à un fait vraiment inédit en politique. Une chose qui ne s’est jamais produite dans aucun autre parti politique algérien aussi fasciste et aussi dictatorial soit-il. En effet, même au FLN, le parti politique qui a ruiné l’Algérie et conduit le pays vers la dérive, on n’a pratiquement jamais vu les enfants de l’un des secrétaires généraux se mêler, du moins publiquement, dans les affaires internes du parti.

Certes, on  les retrouvent plutôt dans les affaires scabreuses d’argent mais jamais dans les affaires interne de la formation politique qui a détruit l’Algérie et confisqué l’indépendance. Les deux enfants de Hocine Ait Ahmed, à savoir Jugurtha et plus récemment Salah, viennent ainsi d’inaugurer une nouvelle manière de faire de la politique.

Il s’agit de s’immiscer de manière directe et frontale dans le fonctionnement interne du parti et ce, sans aucune qualité autre que celle d’être des enfants de celui qui a présidé et dirigé le parti d’une main de fer durant presque un demi siècle, sans avoir jamais cédé sa place de chef suprême et surtout inamovible. Ainsi, tout porte à croire que les portes de la direction du FFS leur sont fermées après le décès de leur père. Ce à quoi les deux fils de Si Lhocine réagissent en s’en prenant avec une rare virulence aux membres du présidium, notamment à Mohamed Hadj Djilani, premier secrétaire du FFS et Ali Laskri.

Dans une sortie médiatique très virulente, Salah Ait Ahmed, le deuxième fils d’Ait Ahmed, qui vit et travaille au Maroc depuis plusieurs années, descend en flamme Ali Laskri et Mohamed Hadj Djilani. Salah Ait Ahmed va trop loin dans ses propos contre les membres du présidium du FFS. En effet, il n’hésite pas à les insulter carrément et à comparer ces trois personnalités politiques au trio « Ben Bella-Bouteflika-Boumediene » ! « Pervertir pour enterrer la collégialité : objectif stratégique du triumvirat Laskri/Cherifi/Hadj-Djilani.

Comment ne pas faire un parallèle avec le trio Ben Bella/Bouteflika/Boumediene, de sinistre mémoire ?”, écrit Salah Ait Ahmed qui n’a même pas pris le soin de laver le linge sale en famille, comme le veut la tradition. Pourtant, du vivant de Hocine Ait Ahmed et contrairement à Jugurtha, Salah Ait Ahmed a toujours fait preuve de retenue et ne s’est jamais adonné à l’activité politique. Que cache donc cette sortie musclée et surprenante de Salah Ait Ahmed précédée par celle de Jugurtha Ait Ahmed ? L’avenir et la suite que connaitra la grave crise qui secoue le FFS depuis quelques semaines nous le diront.

Tarik Haddouche