Suite à sa récente libération – Le MAK rend visite à Nafaâ Khlifi

1

D’emblée, la délégation du MAK a été bien accueillie, par le militant « Nafaâ Khlifi » qui n’a pas hésité à rencontrer le président du mouvement et sa délégation. Visiblement touché, il n’a pas manqué non plus de les remercier pour leur soutien à travers la campagne de solidarité menée en sa faveur durant son emprisonnement et durant son procès.

« Nafaâ Khlifi » a fait part à la délégation du MAK de son calvaire avec la justice algérienne et les services de sécurité, alors que ses intentions n’étaient que de rappeler au P/APC d’Ahnif ses promesses répétitives pour lui garantir un travail décent, pour nourrir sa famille. Il dira aussi qu’il avait déposé cinq (05) dossiers de recrutement durant cinq (05) années consécutives auprès de la même mairie, mais en vain.

« Je ne suis pas un délinquant ou un trafiquant de drogue. Je suis un soutien de famille, ajoute-t-il. Mon père est un retraité, il est atteint de troubles mentaux, à cause d’un drame survenu pendant la guerre de libération, on a tué mon grand-père qui est martyr, et ce, devant ses yeux et depuis, son état de santé s’est détérioré. Je ne me suis pas rendu compte que pour le fait de demander l’accès au droit de travailler, j’ai été emprisonné pendant quatre (04) mois, conclut-il.

Bien qu’il dispose d’une carte d’invalide à 100% « Nafaâ Khlifi » est un infatigable militant des droits de l’Homme et des causes justes au niveau de son village natal « Ahnif ». Il rappelle à l’opinion publique qu’il a subi un mauvais traitement lors de la durée de son emprisonnement. Il nous dira, en effet, , qu’il avait subi des tortures, des agressions physiques, ainsi que sa mise en cellule individuelle à plusieurs reprises, ce qui l’empêcherait de communiquer avec les autres prisonniers et d’évoquer des sujets qui fâchent, comme l’injustice, le chômage et les mauvais traitements.

La justice algérienne qui accusait Nafaâ Khlifi d’atteinte à l’image du président de la République, à travers l’endommagement de son portrait accroché au niveau du bureau du P/APC d’Ahnif, plaide toujours son innocence. Il nous confirme que son souhait n’était que demander son droit au travail, à l’instar des jeunes chômeurs de sa région, un droit indéfectible pour garantir sa dignité et celle de sa famille qui ne possède aucune autre source de revenus hormis la pension de retraite de son père, atteint déjà de troubles mentaux. Enfin, Nafaâ n’a pas oublié de rappeler le soutien des jeunes d’Ahnif à sa cause, ainsi que du comité des jeunes d’Ahnif (CJA) et celui du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie et notamment durant la journée du 05 septembre dernier, lors du jugement qui avait confirmé la peine de la prison de quatre (04) mois ferme, à son encontre.
Le président du MAK, M. Bouaziz Ait-Chebib a réaffirmé le soutien de son mouvement à Nafaâ Khlifi ainsi qu’à toutes les causes justes et les mouvements sociaux qui revendiquent les droits les plus absolus qui aspirent à une vie humaine prospère et digne.

Aziz Ait-Amirouche