Suivi massif de la grève dans les lycées : L’année blanche se précise à Tizi Ouzou et Bougie

2

KABYLIE (Tamurt) – La grève illimitée dans le secteur de l’éducation, initiée pour la deuxième fois par le syndicat autonome le Cnapeste, a été massivement suivie dans la wilaya de Tizi-Ouzou, en cette première journée du mardi, malgré l’intox et la désinformation à laquelle s’est adonné le directeur de l’éducation de la wilaya avec l’appui de la radio locale, radio-Tizi-Ouzou.

Les enseignants on répondu favorablement à l’appel à la grève lancé par le Cnapeste en dépit aussi des menaces clairement formulées par Nouria Benghebrit, ministre de l’Education nationale de licencier tous les enseignants grévistes car selon elle, la justice a tranché en faveur de l’illégalité du débrayage. Une réaction étonnante quand on sait que la situation socioprofessionnelle en Algérie est explosive depuis plusieurs semaines avec des grèves qui touchent une grande partie des secteurs dont le corps médical. Nouria Benghebrit, en défiant ainsi les enseignants au lieu de miser sur l’apaisement, contribue-t-elle, à sa manière à la poursuite de ce climat de pourrissement ?

La question mérite d’être posée. Surtout quand on sait que dans les wilayas de Bougie, Tizi-Ouzou et même Blida, l’année scolaire est en voie d’être sérieusement compromise. Année blanche ? L’option n’est pas du tout à écarter. On commence même à se poser des questions si toute cette vague de conflits sociaux des plus corsés n’a pas de lien direct avec la guerre des clans, féroce du reste, qui est en cours au plus haut sommet de l’Etat à cause de l’approche des élections présidentielles de 2019.

Aucun candidat ne fait l’unanimité pour l’instant, entre les différents décideurs. Ce qui augure de jours à appréhender. Aujourd’hui encore, toute la wilaya de Tizi-Ouzou sera paralysée par une grève générale des commerçants. Ces derniers observeront en outre un rassemblement de protestation au chef-lieu de wilaya.

Tarik Haddouche