Sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou : M. Moussa Bellabès n’est plus son premier responsable

9

TIZI-OUZOU (Tamurt) – M. Moussa Bellabès a cessé depuis hier d’être le premier responsable de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou. L’intérim est assurée par l’adjoint du chef de sûreté de wilaya, et ce jusqu’à l’arrivée du nouveau patron de la police de la wilaya ou peut-être même la nomination définitive à ce poste de l’intérimaire. Ce que l’on ne sait pas encore avec exactitude est l’avenir professionnel de M. Moussa Bellabès.

En effet, certaines voix évoquent la mutation de ce policier bien « racé » vers une autre wilaya du pays pour la faire débarrasser de ses criminels et autres hors-la-loi et d’autres voix signalent en revanche la prochaine mission républicaine de l’ex-patron de la police de la wilaya de Tizi-Ouzou n’est pas encore connue. Une chose est cependant sûre, le départ de M. Moussa Bellabès laissera un vide certain dans la wilaya de Tizi-Ouzou, et ce aussi bien pour le citoyen que pour ses propres collaborateurs. M. Moussa Bellabès que les milieux intellectuels et intègres comparent à Elliot Ness, le célèbre agent du trésor fédéral américain, appelé aussi l’Incorruptible, qui a neutralisé le non moins célèbre mafioso, Al Capone, en l’envoyant à vie à la prison Al Catratz, était arrivé à Tizi-Ouzou au mois de mars 2011.

L’homme qui arrivait de Draria (Alger) a trouvé la situation pourrie. Beaucoup de policiers et beaucoup de gendarmes étaient liés directement aux groupes maffieux. Dans certains cas, des policiers même qui dirigeaient les organisations criminelles spécialisées dans le trafic de tout genre. De la drogue jusqu’à la prostitution via l’extraction illicite de sable dans l’oued Sébaou et l’exploitation de débits de boissons clandestins. Autant dire alors que la mission de l’ex-premier responsable de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou n’était pas une sinécure. En effet, il a commencé par identifier les policiers ripoux pour ensuite les neutraliser. Avant d’être muté à Draria (Alger), M. Moussa Bellabès était chef de sûreté de daïra de Tigzirt. Et c’est lui justement qui a nettoyé cette région côtière de ses prostituées et autres réseaux criminels. C’est son courage, sa compétence et sa loyauté envers la république qui lui d’ailleurs valu une promotion.

Bien sûr, comme Elliot Ness, Moussa Bellabès a vu son nom écrit à l’encre rouge par la mafia après que celle-ci eut la conviction qu’elle ne pouvait pas le « dompter ». Et Dieu seul sait qu’il est difficile de résister de « manger » dans la main de la mafia. En effet, c’est le grand luxe qu’elle offre aux fonctionnaires qui ferment les yeux sur leurs activités criminelles. Des séjours à l’étranger, des passages dans des hôtels de luxe, des femmes de rêve et bien entendu de l’argent – et pas de la pacotille-. M. Moussa Bellabès, originaire de la région de Bouzguène, a résisté à tout cela. Moins d’un an avant son installation à la tête de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou, la police a fini par regagner la confiance du citoyen. Réitérons-le ! Le départ de Moussa Bellabès ailleurs laissera un grand vide à Tizi-Ouzou.