Tabou, Tazaghart, Ghezzali, Bouiche sanctionnés… à qui le tour ?

0
FFS
FFS

ALGÉRIE (Tamurt) – La députée du FFS et ex-conseillère de feu Ait Ahmed, Salima Ghezzali, vient d’être exclue, par la commission centrale de discipline, de son parti de toujours. Le motif invoqué prête à confusion. Reproche-t-on à la députée d’avoir occulté sa direction nationale en s’adressant directement au chef d’état major de l’armée algérienne ou bien la direction nationale n’a pas voulu que cette dernière s’adresse au chef militaire de cette manière et ceci au nom du parti.

En effet, dans une lettre ouverte datée du mois d’août dernier, la journaliste Salima Ghezzali a reproché au général des corps d’armées Gaïd Salah de favoriser les corrompus. « Vous avez raison quand vous dites que le peuple algérien aime son armée. Mais vous n’avez aucune idée du degré de détestation que ce même peuple algérien a pour ces « Généraux d’Affaires », corrompus et corrupteurs, sans lesquels jamais n’auraient pu proliférer les « Bouchi » au pays du million et demi de chahids » dira-t-elle en conclusion.

Cet article que la journaliste Ghezzali a écrit, non pas la députée, a fait réagir la direction nationale qui l’a traduite en commission de discipline. Le motif réel n’est certainement pas cet article mais plutôt son appartenance à l’autre clan du parti. Au même titre d’ailleurs que l’ex-chef de groupe parlementaire, le député de Bgayet, Chaffaa Boucihe, qui a été, également, sanctionné par cette même commission. Il a écopé de six mois de suspension. On lui reproche de vouloir déstabiliser le parti. Or, en réalité, il appartient au clan de Ghezzali et consorts.

Le FFS, ce parti que ses militants présentent comme la meilleure formation démocratique et d’opposition, n’est en réalité que l’une des progénitures du FLN. Sa direction nationale réagit de la même manière que le FLN et les autres partis algériens. En tout, ce sont trois députés qui ont été exclus du parti ces deux derniers mandats et un quatrième suspendu et on attend la traduction en commission de discipline de la députée Tahi, une transfuge du RND.

Amaynut pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici