Taghardait enterre ses morts

6

TAGHARDAIT (Tamurt) – C’est avant hier, samedi 11 juillet, que Taghardait (Ghardaia) a enterré les victimes du mercredi noir. La morgue de l’hôpital ne pouvait plus contenir les dépouilles, les corps avaient commencé à se décomposer. Des milliers de Mozabites ont tenu à rendre un dernier hommage aux victimes de l’Algérie independante.

L’enterrement des Martyrs du devoir a eu lieu au cimetière mozabite Cheikh Babouhoun. Pour avoir défendu les personnes et les biens de la communauté, les défunts sont élevés, par les Mozabites, au rang de martyrs du devoir et les rites ibadites veulent qu’ils soient enterrés sans procéder au lavage mortuaire habituel. Au cimetière des milliers de personnes scandaient  “Yenha el-monkar”;  Cessez le mal.

“Les corps comportaient des traces de balles réelles », nous confia un médecin. Les forces de sécurité algériennes ont donc récidivé. En 2001, c’est en Kabylie qu’ils avaient abattu 128 jeunes. Visiblement, dès qu’il s’agit de tirer sur Imazighen, le doigt sur la gâchette devient très léger.

Inutile de chercher plus loin, le Mal des peuples amazigh n’est autre que l’Algérie. Cette Algérie à laquelle un fils du Mzab, Mufdi Zakaria, a composé Kassaman, l’hymne algérien en 1955, à la demande d’un autre Amazigh, le Kabyle Abane Ramdane.

La Liberté, la Paix qui avaient guidées les pas de ses Hommes ont fuit l’Algérie, depuis le coup de force de 1962. Aujourd’hui même les tombes des Mzabs, de Abane son profanées. Que reste t-il à espérer d’un tel pays?

De Taghardait

Les Mozabites enterrent leurs morts
Les Mozabites enterrent leurs morts