Tahar Djaout sera ressuscité à Aokas ce samedi

1
Hommage à Djaout

AOKAS (Tamurt) – C’est le 3 juin 1993 que Tahar Djaout a été enterré. Il avait rendu l’âme, la veille, après un coma qui aura duré une semaine.  Les terroristes l’avaient condamné à mort pour le fait de posséder une plume redoutable et ils ont exécuté la sentence comme ils l’ont fait, durant plusieurs années, pour plusieurs intellectuels  qui ont refusé de tomber dans leur jeu. 

C’est pour lui rendre un hommage à l’occasion de la commémoration du 24e anniversaire de son décès que le café littéraire de l’association culturelle Azday Adelsen n’Weqqas a programmé une conférence débat pour l’après-midi d’aujourd’hui, samedi, au centre culturel Rahmani Slimane d’Aokas.

C’est le docteur en lettres modernes exerçant à l’université de Lorraine, France, qui a été invité pour animer cette rencontre culturelle dont le thème est relatif à la modernité et littérature de Tahar Djaout. Le café littéraire d’Aokas prend de plus en plus d’ampleur malgré les entraves des autorités politiques qui délèguent les services de sécurité, à chaque fois, pour interdire les conférences qu’organise cette association.

Amaynut