Tamazight, bien à côté de l’arabe en Algérie, selon certains linguistes

15
Tamazight

BOUGIE (Tamurt) – Le déclassement diglossique de la langue Tamazight en tant que deuxième langue, en réalité, après l’arabe, est sujet d’un colloque international organisé, ce samedi et dimanche , par la faculté des langues de l’université de Bougie en partenariat avec le laboratoire paragraphe de l’université de Paris 8  et le centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement de Tamazight.

Tamazight, langue polynomique disposant d’une vitalité suffisante, de par son statut d’officiel et national, s’est retrouvée face un problème de dédoublement de par la variété dédiée aux fonctions socialement valorisées. C’est donc cette émergence qui est en phase de provoquer un déclassement diglossique, ce concept que l’on doit à la sociolinguistique occitane.

En réalité, Tamazight est insécurisé par la présence de deux ou plusieurs langues concurrentes, au point que leur fonctionnalité sociale est mise en avant par rapport à la montée de la norme Tamazight peut ambitionner de s’imposer à l’école et aux médias.

Amaynut