Tamazight : les caractères latins choquent les algériens

3
El Hachemi Assad
El Hachemi Assad

KABYLIE (Tamurt) – La récente sortie de Assad El Hachemi, secrétaire général du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) a choqué les Algériens résidant dans les régions arabophones. Une campagne de dénigrement est d’ailleurs lancée contre le même El Hachemi Assad depuis quelques jours.

El Hachemi Assad, pour rappel, avait  déclaré que l’institution qu’il dirige a opté définitivement pour les caractères latins concernant la transcription de la langue tamazight. C’était lors de la conférence de presse animée à Oran au siège du quotidien arabophone « El Djoumhouria ». Même si El Hachemi Assad avait pris la précaution d’affirmer que le dernier mot concernant le choix des caractères de transcription reviendra à l’académie algérienne de langue tamazight (non encore créée), ses déclarations ne semblent pas tomber dans l’oreille d’un sourd. Une véritable levée de bouclier s’en est suivie. Même certains médias n’ont pas hésité à s’en prendre à Assad El Hachemi, avec virulence, pour dénoncer le fait qu’il ait affirmé que le HCA a choisi, depuis très longtemps, les caractères latins pour la transcription de tamazight.

Assad a pourtant donné des arguments valables et objectifs dont l’un des principaux n’est autre que  le fait que, depuis presqu’un siècle, tous les travaux : livres, recherches, recueils de poésie et tous les autres textes en tamazight ont été transcrits en latin à commencer par les travaux de Boulifa puis Feraoun suivi de Mammeri un peu plus tard.

Pour rappel, Assad avait même déploré le fait que  l’académie de tamazight tarde à voir le jour justement à cause de la problématique voire du conflit né autour du choix des caractères de transcription de tamazight. Mais Assad prêche dans un désert. Les adversaires de la transcription latine et adeptes de la transcription de tamazight en caractères arabes sont souvent des incultes notamment en linguistique.

Ils ne font même pas la différence entre les caractères latins et la langue française. Pour eux, il s’agit d’écrire tamazight « en caractère français ! ». Et de ce fait, ils crient, tout bêtement : « c’est le retour du colonialisme ! ».

Tahar Khellaf