Tarik Djerroud publie deux livres sur la genèse de Tamazight

3

CULTURE (Tamurt) – Après avoir publié cinq romans, dont certains ont été des succès en librairie à l’instar de « J’ai oublié de t’aimer » et «  Le sang de mars », l’écrivain Tarik Djerroud vient de passer à l’essai, en éditant un livre en deux tomes, consacré à la genèse de Tamazight.

Le livre en deux tomes que vient de publier le très dynamique écrivain Tarik Djerroud, originaire de Semaoun dans la wilaya de Bougie s’intitule tout simplement « Tamazight » avec le sous-titre de : « Ame de l’Afrique du Nord ». L’écrivain Tarik Djerroud, qui trouve le temps d’écrire en dépit de ses grandes responsabilités en tant qu’éditeur (il est aussi le propriétaire et le gérant de la maison d’édition Tafat), a réussi à condenser pratiquement toute les étapes ayant traversé Tamazgha en général et la Kabylie en particulier.

Tarik Djerroud n’a presque rien oublié. Qu’il s’agisse de l’histoire de Tamazgha, du combat identitaire amazighe ou de la production intellectuelle kabyle, Tarik Djerroud, grâce à un esprit de synthèse exceptionnel et remarquable, a réussi à brosser tous ces aspects de la question amazighe.

Dans un extrait que l’auteur Tarik Djerroud a rendu public cette semaine, l’écrivain de Bougie souligne que l’Histoire de l’Algérie en particulier et de l’Afrique du Nord en général est trainée comme une fêlure, une blessure, un complexe, un handicap : « C’est dire que le roman national est rédigé avec une hilarante subjectivité, avec de nombreux arrangements avec la vérité, traduisant une œuvre apologétique, laquelle se faisant le fondement d’une histoire qui aurait fière allure allant dans le sens constant de la légitimation du Pouvoir ».

Tarik Derroud ajoute : « Jusque-là, le roman national agréait Oqba, promu au rang de personnalité nationale, célébré comme le prophète de l’Ifrikia et le cordon ombilical entre le Machreq et le Maghreb qu’il voulait annexer. Déboulonner l’impétrant Oqba de sa stature de personnalité nationale est une urgence et, à coup sûr, cela va contribuer à dissuader le martyre en propageant la violence et en encourageant la mort. Pour cette raison, et tant d’autres, la réécriture de notre auguste Histoire est une exigence vitale et doit se mettre en marche, vite… ».

Comme le reflète cet extrait, Tarik Djerroud rétablit bon nombre de vérités historiques, falsifiés par le pouvoir algérien dans le but de faire de l’Algérie un pays arabo-musulman et de nier la vraie identité du peuple qui est amazighe et non pas arabo-musulmane, comme colporté par les manuels scolaires et tout le reste.

Tahar Khellaf