Tentative de putsch avortée à l’URK

8
Tableau de N. Yanat
Tableau de N. Yanat

COMMUNIQUÉ URK (TAMURT) – la Rédaction Tamurt a été destinataire d’un communiqué émanant du Secrétariat Général de l’URK. Ci-après, le communiqué dans son intégralité.

Un putsch, raté, a visé la direction de l’Union pour la République Kabyle (URK). Ce putsch est orchestré par un cabinet noir qui agit en mode sous-marin et dont l’existence remonte au temps du MAK. Sa mission principale est d’apeurer les militants du danger qu’ils encourent s’ils continuaient à militer dans les rangs des mouvements indépendantistes kabyles, en l’occurrence l’URK et le MAK-Anavad. Les membres actifs de ce cabinet, qui se comptent sur le bout des doigts, ont tout fait pour imploser puis marginaliser l’URK. Ils ont retardé la tenue du congrès dans sa tendance indépendantiste, en le reportant indéfiniment, puis ils ont tenté de relier l’URK au Hirak et enfin de couper les militants de l’intérieur de ceux de l’extérieur, pratique exclusive de la police politique algérienne. Le but recherché est d’isoler la Kabylie de sa diaspora dans la perspective de l’offrir sur un plateau d’argent à leurs parrains. Cela explique la diabolisation constante des personnalités indépendantistes kabyles engagées pour la liberation de la Kabylie de l’Algérie coloniale.

Sur leurs multiples pages Facebook, les membres du cabinet noir se disent indépendantistes et appellent même à l’union. En réalité, ces appels ne sont qu’un alibi pour attirer les militants independantistes. Si d’aventure, ces derniers tombaient dans le panneau, certains d’entre eux se retrouveraient au mieux autonomistes, au pire anti-indépendantistes. Les militants de l’URK ont su déjouer tous ces obstacles et ces pratiques qu’ils s’efforçaient de mettre sur le dos de l’incompréhension et de l’impuissance de certains cadres à comprendre et à anticiper sur les enjeux d’avenir. Nos militants refusent cette contre-révolution qui consiste à se dissoudre dans le hirakisme algerianniste qui sert de refuge, voire de couverture politique à beaucoup de kabyles compromis avec les tenants du pouvoir algérien.

L’URK continuera son combat pacifique vers l’indépendance de manière souveraine et dans l’esprit de ses textes fondamentaux. Ceux ou celles qui veulent rejoindre un autre mouvement politique ou rejoindre le Hirak sont libres de le faire mais ne doivent en aucun cas compromettre l’existence du mouvement. L’URK a sa propre vision de l’avenir, inscrite dans son corpus conceptuel. Il n’est soluble dans aucun autre mouvement. Il continuera à être une force de proposition pour tout le peuple kabyle même si certains de nos militants politiques, qui étaient au départ des hommes de projet, n’arrivent plus à contenir les mutations et l’accélération de l’histoire, a fait d’eux des hommes cultivant l’ambition personnelle.

La publication d’un appel de l’URK proposant un front commun pour la création d’un Etat kabyle effectif comme préalable à toute résolution de la question kabyle avec l’Etat algérien actuel ou à venir, a été ressenti comme un affront et a sorti le loup des bois. Pourtant cet appel, conforme à l’esprit du texte fondateur et à la ligne politique de l’URK, a été débattu démocratiquement dans les instances légales de l’URK. Paniqué, et sentant ses objectifs réels contrariés, ce dernier a, dans la précipitation, violé de manière flagrante tous les statuts de l’URK. Il a décrété la fin de mission du Secrétariat Général après 6 mois d’existence, alors que selon les Statuts URK (article 7) son mandat est de 4 ans. Son but final étant d’entretenir l’amalgame entre les militants et l’opinion publique pour légaliser leur putsch. Les membres de ce cabinet noir ont jugé et exclu Lyazid Abid, rédacteur du texte fondateur de l’URK et initiateur dudit appel, sans aucun respect de droits humains à son égard. Toute honte bue, ce cabinet noir s’est même autoproclamé « Commission de Veille et de Suivi (CVS) », instance non prévue par les Statuts du mouvement. Ce qui révèle l’intention des auteurs du putsch de dissoudre les instances légales pour les remplacer par des instances illégales. Un véritable putsch, dont seuls les services algériens ont la maitrise.

En vertu des statuts de notre mouvement, le Secrétariat Général de l’URK convoquera incessamment les instances légales afin de statuer sur le sort des putschistes. L’URK appelle tous ses militants et sympathisants à dénoncer ce putsch. Ces basses pratiques politiciennes héritées du bousoufisme algérien doivent être bannies de la culture politique kabyle pour épargner aux futures générations l’aventurisme d’un fascisme qui ne dit pas son nom. La dignité de la Kabylie réside dans son indépendance et celle des militants dans leurs actes et pratiques.

Ce groupuscule est enfin apparu au grand jour. Il a un visage et il ne peut plus se cacher ni sévir. Avec l’URK, il a essayé d’exécuter ce qu’il a raté avec le MAK qui l’avait désavoué. Le Secrétariat Général de l’URK condamne fermement ces putschistes qui sont l’expression d’un profond mépris des us et coutumes kabyles. L’étroitesse de vue de ces putschistes ne saurait tromper les militants de l’URK ou détourné l’engagement du peuple kabyle vers son indépendance. Le Secrétariat Général de l’URK demeure seul et unique représentant légitime de notre mouvement. Il informe l’opinion publique, que toute initiative n’émanant pas de lui, y compris la tenue du Conseil National, est considérée comme illégale. Et ce, en application des textes fondamentaux.
Nous comptons sur le peuple kabyle pour combattre ces pratiques odieuses qui pervertissent notre combat pacifique pour l’indépendance de la Kabylie.

Vive la Kabyle indépendante
Le Secrétariat Général de l’URK
e.mail : secretariatgeneralurk@gmail.com

Kabylie, le 08.11.2019

8 COMMENTAIRES

  1. La seule chose que je connais de l’URK c’est ses bulletins , une fois tous les 6 mois! a ce rythme la, on avance a a pas de geants vers l’independance. Aussi L’ANAVAD et L’URK ont le meme but alors ou est l’union ? Aussi comme l’as dit n Mouch IWIW, ou sont les noms de ces eprsonnes qui veulent derouter l’URK ???? Pour denoncer il faut des noms.

  2. #Rami,
    pour vous alors, les Palestiniens et les Sahraoui croient au père noël, à votre avis, ils appartiennent à qui eux, alors pourquoi ne le dites vous pas très haut, comme vous le faites avec aisance dés qu’il s’agit de cracher sur vos propres frères Kabyles.
    Dieu merci, les Kabyles ne pensaient pas comme vous en 1954.
    Si la Kabylie est Algérienne, pourquoi l’Algérie est-elle née au 19 eme siècle, soit des milliers d’années après la naissance de la Kabylie?.
    Je remercie le seigneur de ne pas être né en Kabylie et de n’avoir jamais vécu en Kabylie, cela m’a fait éviter d’être un homme indigne et sans honneur à force de fréquenter vos semblables.
    Vive le Hirak et vive l’indépendance de la Kabylie, qui disparaît à grande vitesse.

  3. Azul . Bonjour . AH mon Dieu . Que ce passe- t- il dans la tête de milliers de Kabyles . où est le sens de L’ Honneur légendaire hérité de nos ancêtres , puis le sens élevé de la discipline collective et l’ abnégation dans l’ engagement . cela n’est pas étonnant puisque un grand malade mental , docteur de son état , a été le premier à donner l’exemple en s’attaquant à Da El Houcine – athirehma Rebi –

  4. Oh kabyles maudits! Le comma a assez duré comme ça depuis des siecles!.. Réveillez-vous et soyer vigilants, car l’ennemi de l’intérieur guette depuis des siècles. Il est plus que temps de couper les branches malades, oui séparer le bon grain de l’ivraie et faites le ménage sans attendre.

  5. Cet article ne va pas au fond des choses. Il dénonce une tentative de putsch, sans identifier ces putschistes, lesquels d’après l’article auraient sévit contre le MAK. Si vous aviez cette information, a savoir « tentative contre le MAK », pourquoi vous les avez accepté dans votre direction ???
    Par ailleurs, il faudrait identifier nommément ces personnes, pour éviter qu’ils fassent rallier à leur cause d’autres militants.
    Tanemirt

  6. Le putsch est consubstantiel aux organisations bureaucratisées. L’unique remède est mettre au grand jour les dynamiques internes. Par exemple rendre public toute assemblée, filmer les reunions et les diffuser faire en sorte que le politique ne soit pas disjoint de la société. C’est là que réside la faiblesse des mouvements. Bien entendu la condition et le contexte sont ceux d’un système dictatorial. Il y avait une femme médecin si ma memoire est bonne?

    C’est aussi l’alternance des activités organisationnelles aux contenus politiques qui dictent la perspective des mouvements. En accelerant dans la direction politique stratégique vous consolidez l’emprise directe politique.

    La représentativité dans le système Kabyle est caractérisée par la fonctionnalité et l’horizontalité. C’est ce qui fait que nous avons besoin de porte-parole et pas de Berzidan, à moins que ce Berzidan ne soit révocable par un vote sanction. Je me souviens d’Ait Ahmed qui a été sanctionné sévèrement après que son parti avait cru s’eriger au dessus de la cité en proférant des insanités contre le mouvement arch qui avait rassemblé toute la Kabylie. Il y a une certaine finesse qui fait que dès que l’on se distancie de ces valeurs le leader est déchu de fait. Donc les superstructures bureaucratiques éloignent le représentant de la majorité qui l’a mandaté. Plus la direction est souple plus elle entretient moins de pouvoir discrétionnaire. Plus les décisions sont partagées moins il y a de possibilité d’interferences, mais pour ce faire il est impératif d’assumer sémantiquement que le mandat est un signe de confiance entre communauté et porte-parole et pas une délégation de substitution dans les décisions, car la base qui semble inerte et induit les hommes politiques à se croire délégués à penser à la place des non présents. Une direction bureaucratisée perd beaucoup d’énergie dans les dynamiques subjectives où le contenu est remplacé par les diatribes individuelles. Pour mieux corriger il n y a pas mieux que mettre au centre les objectifs et leurs traductions sur le terrain. La conjoncture actuelle est interessante et ne se représentera plus, car une fois la fracture cognitive entre régime et ses collatéraux trouvera synthèse politique, la kabylie sera dissoute. L’inactivité en politique ce n’est pas perdre du temps, somme toutes récupérables, mais c’est à somme zero, ou vous imposez la pax Kabyle ou bien vous offrirez la latitude au Hirak d’imposer sa pax et ses hommes. C’est à dire faire réussir au régime ce qu’il avait échoué avec boukharouba et sa dictature avant et les mercenaires de son régime islamisme compris d’après sa mort.
    L’initiative potentielle pourrait etre la dynamique d’une convention en vue de la naissance du parlement Kabyle qui donnerait forme explicité à l’Etat Kabyle vécu intimement depuis toujours.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici