Terreur d’État au Kurdistan : L’État Turc recommence à brûler des Villages Kurdes

5

KURDISTAN (Tamurt ) – Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Congrès National du Kurdistan CNK-KNK dénonce les bombardements turcs sur les villages kurdes qui ont fait de nombreux mort. Le CNK-KNK appelle la communauté internationale à condamner ces crimes. Tamurt publie ci-après le communiqué dans son intégralité. 

Les villages de Kocakoy dans le district de Lice-Hani, à Amed (Diyarbakir) et d’autres villages environnants sont sous les violents bombardements de l’armée Turque.

Nombre de ces villages sont actuellement en feu, avec de nombreux blessés, et un nombre inconnu de morts. Après d’intenses bombardements de localisations civiles, les soldats Turcs sont entrés dans le village de Kocakoy. Ils ont alors pris pour cibles les maisons en tirant et en brûlant les maisons avec les familles encore à l’intérieur. De sources locales, beaucoup de gens dans ces maisons sont morts et gravement blessés. L’armée Turque a ensuite procédé à une violente évacuation forcée de ces villages.

Hier, une situation alarmante similaire a eu lieu dans le village de Şapatan (Altınsu)  dans le district de Semdinli Hakkari. Dans ce village, plus de 10 maisons ont été démolies et mises en ruines. La fumée s’élève encore des maisons et des zones forestières autour ainsi que de plusieurs autres villages.

Le régime Turc avait engagé une campagne similaire dans les années 1990. Pendant cette période, le régime avait brûlé 4000 villages kurdes et déplacé de 3000000 de personnes. Le régime répète à nouveau la même politique et la même pratique.

Dans le communiqué de presse précédent envoyé plus tôt aujourd’hui, nous informions du fait que les forces militaires Turques ont attaqué les districts de Varto, Semdinli, Farqin, Yuksekova, Nusaybin et Lice, prenant des civils pour cibles, bombardant les commerces et les maisons délibérément et explicitement. Plusieurs personnes avaient déjà été tuées dans ces attaques.

Des représentants et des députés du HDP ont indiqué qu’ils sont témoins de la même stratégie que lorsque l’EI avait attaqué Kobanê et engagé une politique délibérée de destruction de la ville. La Turquie est en train d’adopter la même politique que l’EI dans de nombreux districts Kurdes et villages dans les régions Kurdes de Turquie.

L’utilisation de la puissance militaire contre des civils est un crime de guerre. Le ciblage direct, les bombardements et incendies de maisons, des villages, des commerces, des rues, des fermes et de l’environnement alentour est une tactique de la terreur utilisée par le régime Turc contre des civils innocents.

Nous appelons à nouveau la communauté internationale, les ONG, la Presse et les organisations des droits humains à condamner la guerre sale que l’Etat Turc livre aux Kurdes. Les crimes commis contre les Kurdes sont des violations des droits humains dont le régime Turc doit être tenu pour responsable par les organismes et les organisations internationales compétentes.

Congrès National du Kurdistan CNK-KNK bruxelles