Tigzirt et Azzefoun : Des centaines de milliers d’estivants enregistrés

1

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La canicule qui sévit en Kabylie depuis près d’une semaine et qui se poursuivra encore au moins jusqu’à mercredi n’a pas laissé d’autres choix aux citoyens de la wilaya de Tizi-Ouzou que de se ruer sur les plages.

Ainsi, depuis le début de la saison estivale, ils ont été déjà des centaines de milliers d’estivants à aller en quête de fraicheur dans les deux villes côtières que compte la wilaya de Tizi-Ouzou. Ces chiffres ont été communiqués par des responsables locaux. Et comme on peut le deviner, compte tenu de cette grande affluence, les deux villes balnéaires ont vraiment étouffé, particulièrement depuis quatre jours. En effet, toutes les plages des deux localités suscitées ont été prises d’assaut et comme on peut le conclure, cette affluence importante a fait que les estivants n’ont pas trouvé un cadre agréable. L’exigüité des plages, l’étroitesse des parkings et le manque d’infrastructures hôtelières sont autant de facteurs qui ont fait que la région a raté une grande opportunité pour tirer profit de ce rush spectaculaire de vacanciers.

Pour sa part, l’Etat n’a rien fait pour développer Tigzirt et Azzefoun malgré les discours creux prononcés notamment lors des visites ministérielles. Aucune nouvelle plage n’a été aménagée afin de permettre d’augmenter les capacités d’accueil de ces villes, en dehors de la plage de Feraoun dans la daïra de Tigzirt. Cette ville fonctionne avec le même nombre de plages qu’il y a trente ans. Or, le nombre d’estivants qui s’y rendent ne cesse d’augmenter d’année en année. A Tigzirt, le nombre d’hôtels est resté également le même. Les investisseurs potentiels dans le domaine du tourisme ne sont pas du tout encouragés, constate-t-on. Bien au contraire, tout est fait pour les faire fuir.

Tahar Khellaf