Tigzirt – Découverte de gravures rupestres et des écritures en tifinagh au village Tifra

9

CULTURE (Tamurt) – Il s’agit, en fait, d’écritures en caractères Tifinagh découverte dans deux grottes, pas loin du village Tifra, 10 km au sud de Tigzirt. Notre source précise que certains caractères ont été déjà déchiffrés, mais le site a été déjà endommagé par le passé. Des centaines de caractère dans la langue de Massinissa qui datent de plusieurs siècles, mais leur époque n’est pas encore définit dans le temps, sont ainsi découverts. Seul un travail professionnel et précis mené par des archéologues et des historiens spécialisés de la période antique pourra apporter plus de clarifications sur ce site unique en son genre dans la région. L’existence de ces gravures démontre, une fois de plus, l’existence du peuple amazigh dans la région de la Kabylie maritime depuis les temps les plus reculés. Le comble, selon l’un des jeunes qui ont fait la découverte de ce site, c’est que sa préservation est le dernier souci de l’Etat. Il semble que des responsables de la culture ont été déjà contactés à ce sujet, mais personne ne leur a prêté attention. « C’est un legs qu’ont doit préserver », nous dira un jeune de Tifra.

Notre interlocuteur ajoute qu’une stèle votive a été aussi retrouvée enfouie sous terre, pas loin des grottes naturelles où les gravures rupestres en caractères graphiques de Tifinagh ont été découverts l’été dernier. De ce fait, il est impératif de répertorier les lieux afin de mener des fouilles pour d’autres éventuelles découvertes. « Mais qui va s’en occuper ?», se demande un autre jeune de Tifra. « Un groupe d’extrémistes de notre village a effectué juste une demande verbale pour la réalisation d’une grande mosquée au village, est leur vœu a été exaucé dans l’immédiat en 2005, alors que nous comptons une spacieuse mosquée construite en style architectural kabyle.

L’endroit où devait être construite la nouvelle mosquée, n’est autre que le cimetière où sont enterrés des héros de la révolution du soulèvement populaire de 1856, tombés dans la batille de Tlata, mais les villageois de Tifra se sont opposés tel un seul homme et ce projet inutile a été définitivement écarté. Le pouvoir ne prendra jamais en charge le patrimoine culturel berbère. Sinon comment expliquer que des sites et des pierres romaines éparpillées à travers tous les villages de la localité de Tigzirt n’aient jamais fait objet d’études ni de préservation ? », nous précise encore notre interlocuteur.

Izem Irath