Tizi Ouzou : 137 élus du FLN ont voté contre le FLN !

2

KABYLIE (TAMURT) – C’est incroyable mais vrai ! En effet, lors des élections sénatoriales qui se sont déroulées samedi dernier, presque tous les élus du Front de Libération nationale (FLN) ont voté contre leur propre parti. Il s’agit en effet du constat qui ressort des résultats des élections en question. S’agit-il d’une fronde interne dans les rangs de l’ex-parti unique à Tizi Ouzou ou d’autre chose ?

En effet, sur les 151 élus que compte le FLN aussi bien au niveau de l’assemblée populaire de wilaya qu’aux assemblées populaires communales, seulement quatorze (14) ont accordé leurs voix au candidat de leur parti, en l’occurrence Hamou Khemou. Les 137 autres élus du FLN ont carrément octroyé leurs voix à d’autres candidats probablement celui du RCD Malek Hessas ou encore le candidat indépendant Ouahab Ait Menguellet. C’est la première fois que l’on assiste à un tel sénario surtout que dans les rangs du FLN, où la règle fort connue en politique en Algérie « bête et discipliné », est vraiment de mise comme on a eu à le vérifier à maintes reprises. Tout le monde a été surpris en découvrant que le candidat, malheureux, du FLN a obtenu le score honteux de 14 voix sur les 151 qui devaient lui revenir de droit de fait.

Deux lectures s’imposent concernant ce résultat anodin. La première lecture pourrait laisser croire à une fronde dans les rangs du parti à Tizi Ouzou. Certes, tout les « FLNistes » locaux font mine que tout va bien quand il s’agit d’entretenir la vitrine extérieure mais la majorité des observateurs savent qu’il y a péril en la demeure dans la maison de l’ex-parti unique. Les éléments locaux du FLN évitent de faire beaucoup de bruit concernant les mésententes internes pour ne pas perdre leurs privilèges et avantages mais aussi par crainte d’être exclus du parti surtout quand on voit des poids lourds comme Amar Saidani et Djamel Ould Abbès sacrifiés, avec autant de facilité, comme des moutons de l’aid.

La deuxième possibilité, et qui est également plausible, c’est que des directives secrètes auraient pu être donnée aux élus du FLN pour voter sur des candidats autres que Ouahab Ait Menguellet, activement soutenu par le Rassemblement National Démocratique (RND) qui est un véritable ennemi du FLN à Tizi Ouzou depuis toujours. Surtout que c’est Ahmed Ouyahia, en personne, qui a donné l’ordre aux élus du RND de voter Ouahab Ait Menguellet.

Localement, on sait à quel point les dirigeants locaux du FLN ne portent pas dans leur cœur Ahmed Ouyahia. Une haine qui persiste malgré le fait que le FLN et le RND soient les deux partis principaux de l’alliance présidentielle. Mais en Algérie, la politique a ses raisons que la raison n’a pas.

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. FLN/RND/RCD/FFS, des sigles creux qui représentent la même triste réalité, des marionnettes aux mains de la « securitate », décidés à faire couler la kabylie dans le moule oriental.

  2. L’unique lecture est que il n y avait aucune élection mais nommination. Le DRS lit la société et tente de représenter cela au travers d’un scrutin bien mijoté pour faire sembler que le fln ou Rnd à Tizi auraient des clients.
    On ne supérpose pas un semblant démocratique là où la junte controle à distance et cadenasse jusqu’à son parloir. Le journalisme n’est pas une pédagogie d’adaptation qui fait d ans la sublimation de la pensée unique, ce serait el moudjahid bis.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici