Tizi Ouzou : 5 000 travailleurs chez Ali Haddad sans salaires depuis 8 mois

0
ETRHB
ETRHB

KABYLIE (TAMURT) – Les dommages collatéraux des malversations de l’homme d’Affaires Ali Haddad, actuellement en état d’arrestation, sont d’une ampleur catastrophique. Parmi les victimes de la chute de l’empire de Abdelaziz Bouteflika, il y a les 5 000 travailleurs du groupe ETRHB-Haddad.

Ces derniers n’ont pas perçu de salaires depuis plus de huit mois et la situation n’a aucune chance de s’arranger de sitôt. Hier, les travailleurs en question ont observé un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou pour crier leur désespoir total face à l’absence de perspectives. Les travailleurs en question exerçant à l’ETRHB Haddad, une entreprise de travaux hydrauliques, mais aussi routiers et de bâtiment, en ont assez d’attendre.

A travers leur action de protestation d’hier, les protestataires ont voulu attirer l’attention sur leur situation en demandant que soit régularisé cette dernière à travers notamment le versement de leurs salaires mais aussi leur situation vis-à-vis de la sécurité sociale ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail. « Nous ne sommes pas obligés de payer pour les erreurs commisses par Ali Haddad », a martelé l’un des représentants des travailleurs en marge du sit-in tenu hier à Tizi Ouzou.

Ce dernier a indiqué que l’administrateur nommé par le gouvernement à la tête du groupe ETRHB n’a rien fait depuis son arrivée. La situation n’a donc guère évolué. Ali Haddad, avec la complicité de pas mal de hauts responsables dont le frère de l’ex-président Said Bouteflika ainsi que des deux anciens Premier ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, a, pour rappel, dilapidé des milliers de milliards durant ces dix dernières années.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici