Tizi Ouzou : des étudiants en grève depuis 15 jours

0
Université de Tizi Ouzou, étudiants en greve
Université de Tizi Ouzou, étudiants en greve

KABYLIE (TAMURT) – Des centaines d’étudiants du campusde Tamda de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou sont en grève depuis quinze jour. Aucune réaction n’est enregistrée pour l’instant de la part d’aucun responsable pour mettre un terme à cette action.

C’est donc le retour à la paralysie d’une partie de l’universitéde Tizi Ouzou à cause de la non-prise en charge des doléances et des revendicationsdes étudiants pourtant maintes fois exprimées. Ce qui fait que les jours passent puis les semaines sans que les étudiants ne regagnent leurs amphis. Ils persistent et signe qu’ils poursuivront leur grève si au moins les portes du dialogue, notamment avec les responsables locaux de l’université, ne sont pas ouvertures. Ce qui est loin d’être le cas pour l’instant. Les étudiants en question demandent au moins que soit réglé les problèmes qui urgent comme ceux liés à la pédagogie et au fait entre autres que la majorité des enseignants soient des vacataires.  Ce qui ne permet pas d’après eux un enseignement de qualité.

La situation dans lequel se débat le campus de Tamda avec le manque de moyens, l’état lamentable des amphithéâtres, le manque de transport universitaire, la qualité de la restauration, la démission de l’administration,etc. sont, entre autres, les raisons de cette colère qui ne cesse d’augmenterde jour en jour. Les étudiants concernés par cette grève sont ceux de la faculté des sciences humaines et sociales ainsi que du département de biologie.

Depuis le début de cette grève, les étudiants protestataires ont observé plusieurs rassemblements notamment devant le siège de l’administration du campus de Tamda et devant le bureau du recteur au campus de Hasnaoua. Mais les appels de ces étudiants désemparés et livré à eux-mêmes sont tombés dans l’oreille d’un sourd. Ce qui pousse les étudiants à promettre de descendre dans la rue si rien n’est fait d’ici la prochaine assemblée générale.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici