Tizi Ouzou : des manifestants arabophones infiltrent les marches

5
Marche à Tizi
Marche à Tizi

KABYLIE (TAMURT) – Tous les observateurs ont remarqué et se sont même étonnés de constater que les marches qui ont eu lieu dans la ville de Tizi Ouzou depuis le 22 février dernier ont été marquées par l’apparition de groupuscules d’individus qui se noient dans la masse et scandent des slogans en langue arabe. Des slogans qui sont du reste étrangers à la région. Même quand ces intrus tentent de s’exprimer en kabyle, leur accent arabe les trahit.

C’est un constat qui pousse à se poser plus d’une question. En effet, plusieurs marches se sont déroulées dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis le début de la révolte populaire contre un cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika mais toutes ces marches ont un point commun en dehors de celle des avocats. Lequel ? Il s’agit du fait que, contrairement à toutes les marches ayant eu lieu à Tizi Ouzou depuis toujours, cette fois-ci, des slogans sont scandés en langue arabe. Il est évident que les manifestants kabyles n’auront jamais le réflexe d’avoir recours à la langue arabe pour s’exprimer.

Qui sont alors ces dizaines de marcheurs que l’on retrouve à chaque fois mêlés à la foule et en train de crier haut et fort des mots d’ordre en langue arabe ?
La question reste posée et il est difficile d’apporter une réponse pour le moment. Une chose est toutefois certaine : c’est qu’une telle mobilisation grandiose de la part de la population ne pourra guère échapper aux tentatives de récupération que ne manqueront pas de faire différentes parties identifiées ou anonymes. En tout cas, l’idée d’infiltrer les manifestants de Tizi Ouzou, en faisant appel à des personnes s’exprimant en langue arabe, peut s’avérer porteuse de plusieurs objectifs.

Surtout quand on sait que cette révolte populaire pourrait s’avérer n’être qu’un autre épisode de la guerre des clans qui est livré à la caste de Abdelaziz Bouteflika qui ne veut pas quitter le pouvoir après vingt ans de règne.

Tarik Haddouche

5 COMMENTAIRES

  1. C’est la stratégie de « normalisation ». Sauf que nous somees dans un processus où le contenu dépasse largement le conteneur. C’est à dire on peut après analyse poussée en déduire une tendance vers une révolution de masse on prend son gouvernail et on la conduit où l’on veut pour dévier des objectifs. Or sans la kabylie et ses repères symboliques et politique on sent le vide culturel. C’est pour cela qu’il serait sage de relancer l’idée du parlement Kabyle, de cette facon on recentre l’objectif politique sur le procéssus politique réflecit et pas induit par des manifestations lesquelles au plus aboutiront à une conférence entre « opposition » et pouvoir sur la méthode et moment- avant les éléctions ou après les « elections ». Morale, une place publique sans projet propre subira fatalement le projet politique piloté et ca sera facile de trouver des « kabyles Taiwan » pour les faires « représentants » dans ce processus de détournement de tous. Morale ou vous guide ou etes guidés.

  2. Je ne sais plus qui disait ( peut être Machiavel) que pour faire avorter une révolution, il fallait la provoquer soi-même. Nous y sommes, le système à bout de souffle fait cristalliser toute la haine de la population sur la personne de Bouteflika, on le refuse pour le cinquième mandat et on accepte son ersatz piloté par le même système.

  3. Je conviens. Ils veulent décomprimer les tensions réelles en anticipant des evennements sous controle. La preuve est dans cette campagne de communication standardisée, arabophone et qui feint de représenter les questions politiques sans discuter les dynamiques qui les engendrent. C’est toujours feindre de donner la parole au peuple en lui mettant dans la bouche ce qu’il devrait dire. Il ne faut pas y participer c’est une tempete dans un ver d’eau de zemzem. Kifkif bariko, on a pas à choisir entre deux arabismes

  4. Toutes ces manifestations sont suscitées et téléguidées par l’ancien clan de la police politique, avec en kabylie, l’aide de relais locaux. C’est comme dans un mouvement de balancier, il suffit juste de donner l’impulsion initiale, avec les mots d’ordre, la haine emmagasinée contre ce régime fera le reste. La kabylie devrait éviter ce torrent de boue, car qu’il s’agisse d’un clan ou de l’autre, son sort ne risque pas de s’améliorer. Au diable les arabo musulmans, laissons-les s’étriper pour qu’ils s’affaiblissent mutuellement, au profit de tamazgha.Comme toujours, les islamistes, opportunistes, béquilles du système redoublent d’activisme à partir de Londres et de Paris, et lancent les slogans, pour que demain, ils s’attribuent la paternité de ce mouvement.

  5. Essayons de simplifier l’equation ;
    – Vous haissez l’arabe (langue, peuple, terre…)
    – Vous cherissez tout ce qui est « FR » Langue, Pays, Culture
    – L’anglais vous passe par dessus la tete, mais vous etes preneurs.
    – Les Francais et les USA/UK ont de profondes relations avec les arabes que vous detestez.
    Logiquement, Vous devez aimer les arabes.

    Ces memes FR. USA/UK sont les complices ou les createurs des Djihadistes, des Freros et de la junte militaire en Algerie.
    Pour etre coherent, exilez vous en russie pas a Paris.

    Je crois que vous habitez Mufflin au Groland.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici