Tizi Ouzou : des manifestants arabophones infiltrent les marches

5
Marche à Tizi
Marche à Tizi

KABYLIE (TAMURT) – Tous les observateurs ont remarqué et se sont même étonnés de constater que les marches qui ont eu lieu dans la ville de Tizi Ouzou depuis le 22 février dernier ont été marquées par l’apparition de groupuscules d’individus qui se noient dans la masse et scandent des slogans en langue arabe. Des slogans qui sont du reste étrangers à la région. Même quand ces intrus tentent de s’exprimer en kabyle, leur accent arabe les trahit.

C’est un constat qui pousse à se poser plus d’une question. En effet, plusieurs marches se sont déroulées dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis le début de la révolte populaire contre un cinquième mandat de Abdelaziz Bouteflika mais toutes ces marches ont un point commun en dehors de celle des avocats. Lequel ? Il s’agit du fait que, contrairement à toutes les marches ayant eu lieu à Tizi Ouzou depuis toujours, cette fois-ci, des slogans sont scandés en langue arabe. Il est évident que les manifestants kabyles n’auront jamais le réflexe d’avoir recours à la langue arabe pour s’exprimer.

Qui sont alors ces dizaines de marcheurs que l’on retrouve à chaque fois mêlés à la foule et en train de crier haut et fort des mots d’ordre en langue arabe ?
La question reste posée et il est difficile d’apporter une réponse pour le moment. Une chose est toutefois certaine : c’est qu’une telle mobilisation grandiose de la part de la population ne pourra guère échapper aux tentatives de récupération que ne manqueront pas de faire différentes parties identifiées ou anonymes. En tout cas, l’idée d’infiltrer les manifestants de Tizi Ouzou, en faisant appel à des personnes s’exprimant en langue arabe, peut s’avérer porteuse de plusieurs objectifs.

Surtout quand on sait que cette révolte populaire pourrait s’avérer n’être qu’un autre épisode de la guerre des clans qui est livré à la caste de Abdelaziz Bouteflika qui ne veut pas quitter le pouvoir après vingt ans de règne.

Tarik Haddouche