Tizi Ouzou – L’Algérienne Des Eaux facture l’air à la place de l’eau

0

Au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, l’Algérienne Des Eaux (ADE) facture, au grand dam de nombreux citoyens, l’air à la place de l’eau. Cette « escroquerie », qui dure déjà depuis des décennies et dénoncée, pourtant, à plusieurs reprises, est due probablement à une négligence de la part de l’ADE plutôt qu’au désir de faire débourser des sous à ses clients pour ce qu’ils n’ont pas consommé du fameux liquide.

Après des recherches effectuées sur ce phénomène par des citoyens intrigués dont Ahmed AMRIOUI, habitant d’Ialalen, commune d’Aït-Yahia-Moussa, il est démontré que ce sont toujours les compteurs d’eau des maisons situées dans les zones plus élevées du lieu où est implanté le château d’eau les alimentant en eau potable qui enregistrent une consommation d’eau plus qu’il n’en a été consommée en réalité. Et comment !

Quand l’eau du château d’eau atteint un niveau plus bas que la conduite alimentant ces maisons plus élevées que le château d’eau en question, le mécanisme de pompage d’air se déclenche automatiquement. Et le moteur du compteur d’eau de la maison concernée se déclenche automatiquement. De là, l’enregistrement de la masse d’air pompée au lieu et place de l’eau. Tous les connaisseurs de la science physique connaissent cette réalité. Donc, même les services de l’ADE.
Cependant, au lieu de faire adapter les compteurs d’eau à cette réalité, l’ADE a laissé faire ; d’où sa culpabilité en matière de négligence. Techniquement, l’adaptation de compteurs d’eau à l’enregistrement de la seule eau pompée à partir du château est un jeu d’enfant.Hélas, ce n’est pas le cas. En ce qui le concerne, le citoyen Ahmed Amriou, après avoir constaté qu’il a réglé des factures d’eau lesquelles ne correspondaient pas du tout à la véritable quantité d’eau qu’il a consommée, a décidé tout simplement de résilier le contrat le liant à l’ADE, unité de Draâ El Mizan dont il dépendait.

En fin, nous insistons sur le fait que la ressource humaine de l’ADE est coupable de négligence et non de malhonnêteté. En effet, les quantités d’eau mentionnées dans les factures adressées aux clients correspondent parfaitement à celles relevées par les compteurs domiciliaires. Cela veut dire donc que l’argent payé par le client arrive directement dans les caisses de l’Etat et non dans un quelconque compte bancaire privé. Espérons que l’ADE apportera le correctif nécessaire le plus rapidement possible.