Tizi Ouzou : le député Tayeb Mokeddem donne des leçons aux journalistes !

3
Tayeb Mokadem
Tayeb Mokadem

KABYLIE (TAMURT) – Tayeb Mokeddem est député du Rassemblement National Démocratique depuis vingt ans dans la wilaya de Tizi Ouzou, c’est-à-dire l’équivalent de 4 mandats successifs. Il est aussi le président inamovible et intouchable du bureau de la wilaya de Tizi Ouzou du RND puisqu’il était le protégé d’un certain Ahmed Ouyahia.

Au moment où tous ceux qui ont activement soutenu Abdelaziz Bouteflika pendant les vingt dernières années avec zèle, dans la wilaya de Tizi Ouzou, se font tout petits et ont disparu pratiquement de la circulation, Tayeb Mokeddem, continue de s’exhiber et de franchir le Rubicond à chaque nouvelle sortie et ce, toute honte bue. Au lieu de soutenir son parrain de toujours auquel il doit tout, à savoir Ahmed Ouyahia (qui croupit à la prison d’El Harrach depuis plusieurs semaines), Tayeb Mokeddem n’a pas trouvé mieux que de s’ériger en donneur de leçons aux journalistes exerçant dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le député Tayeb Mokeddem, qui ne rate aucune occasion pour s’exhiber à côté du wali ou d’un quelconque ministre qui rend visite à Tizi Ouzou, était bien sûr aux premières loges lors de la visite du wali de Tizi Ouzou effectuée avant-hier dans la commune de Tadmait. Et quand des jeunes citoyens ont commencé à s’en prendre à la délégation officielle et à lui jeter des pierres, naturellement Tayeb Mokeddem, était au beau milieu de la cible du peuple. Il en a même été victime puisque d’après de nombreux témoignages, il a été touché de plein fouet dans le dos par l’une des pierres lancées par les manifestants.

Au lieu de retourner dans son trou et de se taire, par correction et décence, Tayeb Mokeddem a rendu public une lettre sous forme de mise au point, le jour-même, où il s’en prend aux journalistes qui n’ont fait que leur travail en rapportant cette information. Il a même lancé un appel à ces citoyens « fous » pour cesser de s’attaquer au wali et aux délégations officielles. On ne sait pas s’il s’agit là d’un défi que lance Tayeb Mokeddem aux kabyles ou s’il s’agit seulement de la limite que lui tracent ses facultés « intellectuelles » pour se permettre de s’adonner à des errances aussi ridicules dans l’exercice de la politique.

Mais quand on n’a pas la décence de défendre celui qui a été derrière ses 4 mandats à l’APN et la présidence à vie du bureau de wilaya du RND, à savoir « son ami » Ahmed Ouyahia, rien ne pourrait désormais nous surprendre de la part de Tayeb Mokeddem.

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. C’est Coluche qui disait que les hommes politiques sont de drôles d’oiseaux. La différence étant que de temps en temps les oiseaux s’arrêtent de voler.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici