Tizi Ouzou : l’élue APW Nadjia Hammoutène dénonce …

0
APW Tizi Ouzou
APW Tizi Ouzou

KABYLIE (TAMURT) – L’élue à l’assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou (APW), Nadjia Hammoutène a dénié toute légitimité à M. Idir Yken de parler au nom de groupe des élus du RND (Rassemblement National Démocratique) en sa qualité de président de ce dernier. Elle donne les raisons de son attitude…

« J’annonce que je ne reconnais plus Monsieur Ykene Idir comme chef de groupe des élus RND, groupe dont je fais partie. Mon annonce publique et officielle d’aujourd’hui n’obéit qu’à la décision que j’ai déjà prise dans le passé et mentionnée dans une déclaration que j’ai rendue d’ailleurs publique en date du 13 janvier 2020 », précise l’élue à l’APW de Tizi Ouzou. Nadjia Hammoutène souligne en outre : « J’annonce également à l’ensemble des élus de l’Assemblée Populaire de Wilaya que je condamne le silence absolu de la première institution élue de la wilaya de Tizi-Ouzou (APW), qu’elle a observé dans la violation flagrante des engagements signés par l’ensemble des membres du groupe des élus RND, lesquels ont porté sur l’alternance à la présidence des deux commissions lui revenant ». Il s’agit, pour rappel, des commissions des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), présidée jusqu’à présent par Mesbahi Mohamed, et l’Aménagement du Territoire (AT), présidée jusqu’à présent aussi par Saraoui Djaffar, « même si dans la réalité, il n’en est rien puisque, pour cause de maladie, il a pris un congé de longue durée d’où donc la non-fonctionnalité de ladite commission ».

Aussi, enchaine la même élue, cet état de fait, « contraire aux valeurs et à la morale politique dont j’en suis toujours inspirée et dont j’ai l’honneur et la chance d’en être inculquée, me contraint dès lors à faire la déclaration ci-présente ». Rappelons enfin que l’opportunisme bat son plein dans la gestion de la majorité des assemblées populaires élues. Tout ce qui préoccupe la majorité des élus, ce sont les postes de responsabilité qui leur permettraient d’obtenir des avantages et de faire des « affaires ». La preuve, si besoin est, c’est qu’aucun élu n’a le courage de déposer sa démission en constatant des anomalies graves. Si on fait semblant de dénoncer, c’est juste pour faire du chantage et tenter de se repositionner. C’est tout. Les élus passent leur temps à déplorer leurs problèmes au lieu de gérer les préoccupations de la population qui les a propulsés dans les postes de responsabilité qu’ils occupent.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici