Tizi-Ouzou – Des grévistes de la chemiserie de Larbaa Nath Irathen suspendus

0

Les femmes grévistes de la chemiserie de la ville de Larbaa Nath Irathen maintiennent toujours leur action de protestation depuis le 21 juillet. Certaines d’entres elles ont été suspendues par leur directeur pour avoir revendiqué leur droit et leur dignité.

Les employés de cette usine, au nombre de 90, dont la plupart sont des femmes, réclament le départ de leur directeur qui a bafoué leurs droits et qui a piétiné leur dignité. Une syndicaliste révèle que les employées travaillent plus de huit heures par jour dans des conditions intenables et à un rythme infernal, sans week end parfois et sans percevoir de rémunérations pour leurs heures supplémentaires.

Les responsables de cette usine exploitent les employées et les menacent de licenciement à la moindre réclamation. Ce chantage qui ne dit pas son nom a provoqué leur colère.
Le directeur est pointé du doigt pour ses menaces envers les femmes qui ne veulent que travailler dans la dignité et gagner leur vie. Elles menacent de faire recours à des actions de rue plus radicales si ce responsable ne quitte pas son poste. « Ce directeur a dépassé les limites. Il nous fait travailler même les week end sans contrepartie et même pour des heures supplémentaires, on ne perçoit rien. Il menace publiquement toute femme qui ose élever sa voie. C’est de l’esclavagisme des temps modernes et son départ est obligatoire », menace une syndicaliste qui dit que toutes les employées de cette usine sont déterminées à aller au bout de leurs revendications.

Saïd F.