Tizi-Ouzou : Le chef de daïra de Tigzirt veut empêcher une marche des artistes pour l’environnement

3

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le régime central d’Alger contrôle le moindre mouvement de la société civile en Kabylie. Rien ne lui échappe. Les élus locaux, pourtant choisis par la population locale, n’ont aucun mot à dire. Le cas de la décision du chef de daïra de Tigzirt, au nord de Tizi-Ouzou, est le plus illustrant. En effet, ce commis de l’état, pourtant dernier maillon de la chaîne, vient d’interdire d’une manière indirecte en exigeant une autorisation de la wilaya, une petite manifestation culturelle et écologique prévue pour samedi prochain.

Cette petite ville côtière de la Kabylie maritime devait accueillir, à l’initiative du Club Assirem du village Attouche de la localité de Makouda, des sportifs et des artistes dont Ali Ideflawen, Karim Abranis du mythique groupe Les Abranis et Si Moh qui vont prendre part à une marche pour l’environnement. L’initiative est plus que louable pourtant, mais le petit Pinochet, vient d’opposer son veto sans aucune raison apparente.

Un programme très riche mais aussi varié a été concocté par les jeunes militants très actifs et dynamiques que des esprits mal éclairés veulent briser. Leur volonté bute sur le refus brutal et froid de l’administration locale. Une administration qui ne tolère le moindre geste à l’action initiée en dehors du cercle du pouvoir.

La manifestation purement culturelle et environnementale est organisée dans le cadre de la série de la célébration du nouvel an Berbère, 2963. Il est prévu, en outre des activités sportives, une conférence sur la protection de l’environnement sera animée par des écologistes et des spécialistes en la matière et une marche à laquelle sont conviés plusieurs artistes Kabyles à l’issue de laquelle est prévue la plantation de plusieurs arbres mais aussi lâcher dans la nature quatorze chardonnerets, oiseau menacé de disparition. Des activités et des animations qui ne peuvent qu’apporter du bien à une région qui croule sous les ordures et où dame nature et plus que jamais menacée.

Pourquoi ce chef de daïra, connu pour ces excès de zèle, est-il contre une initiative pareille ? Peut-être le Club Assirem du village Attouche ne fait pas partie des associations satellites qui soutiennent Bouteflika et son régime. Il est cependant à signaler que les organisateurs font fi de cette interdiction : ils comptent bel et bien organiser la marche, avons-nous appris auprès de ces derniers.

Izem Irath