Tizi-Ouzou : Ouverture de trois nouvelles brigade de gendarmerie

4

TIZI-OUZOU (Tamurt) – L’ouverture des structures sécuritaires en Kabylie est la seule priorité du pouvoir. Le comble est que la situation sécuritaire dans cette région peuplé par des militaires, des gendarmes et des policiers, est la plus inquiétante de toute l’Algérie.

En effet, le wali de Tizi-Ouzou vient d’annoncer aux journalistes avec fierté et arrogance, lors des journées sur la gendarmerie nationale, tenue à la maison de la culture de Tizi-Ouzou, que trois nouvelles brigades de ce corps seront opérationnelles dans quelques jours seulement.

Le wali a rappelé que Tizi-Ouzou aura au total 27 brigades de gendarmerie, soit une structure dans chaque commune. Ce programme d’installation de nouvelle brigade en Kabylie est, semble-t-il, un projet qui tient à cœur au régime raciste d’Alger.

En parallèle, la population locale continue à s’opposer au retour de ce corps de sécurité qui n’est autre que la source de l’insécurité en Kabylie. Le dernier exemple en date, l’enlèvement d’un jeune à At Zmenzer.

Les gendarmes ont déclaré officiellement qu’ils connaissaient les ravisseurs et l’endroit ou l’otage a été retenu, mais rien n’a été fait. La victime a été exécutée et personne n’a été arrêté à ce jour. L’affaire est depuis close.

Notons au passage que les régions de Mizrana, Ifarhounès, Mkira, Tadmaït, pour ne citer que celles-ci, s’opposent farouchement à l’implantation des brigades de gendarmerie sur leur territoire réciproque.

Saïd F