Tizi-Ouzou : Rassemblement des militants kabyles

1
Hasnaoua

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La ville de Tizi-Ouzou donne un nouveau rendez-vous avec la contestation. En ce mardi 31 janvier, à onze heures, un rassemblement est annoncé par le collectif des militants kabyles de défense des droits humains. L’action de protestation est annoncé au niveau de l’entrée principale de l’université « Mouloud Mammeri » au niveau du campus de Hasnaoua, sis au centre ville.

Dans son appel, ledit collectif rappelle que « les droits fondamentaux sont gravement bafoués en Algérie, on ne compte plus le nombre de prisonniers d’opinion, d’arrestations, harcèlements et d’intimidations dont sont victimes des citoyens impliqués, ou pas, dans la vie politique ou associative ». « Kamel Eddine Fekhar est un militant des Droits de l’Homme, président du Mouvement pour l’Autonomie du Mzab, défenseur de l’identité et le droit à la liberté du peuple mozabite, peuple amazigh (berbère) d’Afrique du nord. Il a été arrêté le 9 juillet 2015, pour avoir dénoncé les exactions commises par l’État algérien à l’encontre des M’zab (Mozabites) et pour avoir alerté et interpellé l’opinion internationale sur les dizaines d’assassinats des mozabites lors des événements tragiques de Ghardaïa, les arrestations arbitraires, les emprisonnements abusifs et la destruction des biens de cette minorité qui ne compte que 250.000 Mozabites », ajoute le même collectif qui précise en outre que le Dr Kameleddine Fekhar est aujourd’hui en danger de mort, affaibli par un état de santé critique et 4 grèves de la faim successives, il a entamé sa cinquième grève de la faim le 3 janvier 2017. « Plusieurs de ses codétenus l’ont rejoint dans cette grève.

Il est à rappeler que 3 détenus mozabites sont morts en prison et plus de 160 militants mozabites sont dans les geôles algériennes », est-il encore indiqué. « Les camarades militants du Dr Fekhar, Salah Abouna et Khodir Sekkouti ont été forcés à l’exil, sans oublier les intimidations que subit régulièrement l’avocat du Dr Fekhar, Me Salah Dabouz », lit-on dans le communiqué. Le collectif en question évoque aussi Slimane Bouhafs, un citoyen kabyle de confession chrétienne, fervent défenseur des droits de l’Homme et président de la coordination des chrétiens en Algérie, a également été arrêté puis condamné à 3 ans de prison ferme le 6 septembre 2016. Il a été accusé d' »atteinte à la foi musulmane », alors qu’il a simplement exprimé son appartenance à un autre culte religieux, précise les protestataires. Ces derniers rappellent d’ailleurs  que la liberté de culte est reconnue par la Constitution algérienne et garantie par les conventions internationales relatives aux droits de l’homme ratifiées par l’Algérie. Le cas de Belaid Imad, un supporter du club MOB, qui fut condamné à 6 mois de prison ferme pour avoir brandi le drapeau kabyle dans un stade est également cité ainsi que celui des blogueurs jetés en prison pour avoir exprimé librement leurs opinions. « Nous, un groupe de militants, venons de créer le C.M.K.D.D.H (collectif de militants kabyles de défense des droits humains).

Nous appelons les citoyens(ne)s soucieux des Droits humains à venir massivement au rassemblement qui aura lieu le mardi 31 janvier 2017 à 11h, au niveau du portail de l’université de Tizi‐Ouzou (Hasnawa) », ajoutent les initiateurs de cette action. L’objectif du rassemblement de Tizi-Ouzou, prévu ce matin dans la ville des Genêts consiste à dénoncer « l’atteinte aux droits de l’homme et à la liberté d’expression, le génocide des mozabites, la répression qui s’abat sur les militants politiques et exiger la libération immédiate du Dr Kamel Eddine Fakhar et tous les détenus d’opinion, notamment Slimane Bouhafs, Imad Belaid ainsi que les blogueurs ainsi que l’arrêt des harcèlements et des intimidations des militants politiques ».

Tahar Khellaf pour Tamurt