La transcendance horizontale débattue à Aokas

2
Mahrez Bouich au centre culturel d'Aokas
Mahrez Bouich au centre culturel d'Aokas

AOKAS (Tamurt) – Les écrivains et poètes pullulent ces derniers temps en Kabylie. À Aokas, en un mois, Slimane Rahmani a été ressuscité par deux membres du mouvement associatif, Amara et Medjdoub, qui ont réécrit l’une de ses œuvres. Le poète Belkhir a de son côté, publié un recueil de poésie. Ce samedi, c’est au tour d’un poète kabyle de se rendre dans cette station balnéaire pour animer, au centre culturel de la localité, une conférence sur la transcendance horizontale.

La transcendance horizontale dans la philosophie et la poésie notamment grecque a été le véritable ordre du jour de cette rencontre à laquelle ont assistée plusieurs citoyens de la région dont un nombre important d’universitaires d’un certain âge.

Tout au long de la conférence, le poète Mahrez Bouich a disserté autour de la problématique qui met l’homme face à lui-même tout en insistant sur le rôle de la poésie dans cette philosophie notamment son regard interrogatif sur les difficultés rencontrées par l’homme dans sa vie de tous les jours. Pour que celui-ci sorte de la situation de misère, l’orateur dira qu’il ne le peut qu’après avoir posé une série de questions à lui-même.

Après avoir monopolisé la parole pendant plus de deux heures, le poète Bouich donnera la possibilité à l’assistance d’intervenir dans les débats. Des questions ont fusé de partout et le conférencier tentera de répondre comme il peut. En conclusion de cette rencontre culturelle, l’auteur du recueil de poésie «  L’ombre des mes calamités » dédicacera son œuvre aux passionnés de poésie, nombreux à être présents dans la salle.

Amaynut