Trois accidents mortels à Tizi-Ouzou et Bougie : Une fillette et un jeune trouvent la mort à Tizi-Ouzou et deux autres à Bougie

10

SOCIÉTÉ (Tamurt) – L’hécatombe continue sur les routes en Kabylie. A Tizi-Ouzou, deux accidents mortels de la circulation ont eu lieu aujourd’hui. Le premier à Akvil, et un autre à Mekla.

Un jeune homme âgé de 28 ans, T. Saïd, a été retrouvé mort dans un ravin haut de plus de 50 mètres à Akvil, région de Ain El Hammam. La victime a dérapé avec sa voiture. Il est décédé sur le coup, selon une source locale. Le jeune est un mécanicien de la localité d’Akvil très estimé dans la région. Son corps a été transporté vers l’hôpital de AEH pour les besoins d’une autopsie. Selon un témoin oculaire, le conducteur roulait lentement et des doutes persistent sur la thèse d’un accident de la circulation. La nouvelle a fait le tour de toute la région en un laps de temps.

Un autre accident de la circulation automobile a été signalé également du côté de la localité de Mekla, à 30 km à l’est de Tizi-Ouzou. Deux fillettes ont été fauchées par un chauffard sur la RN12, au lieu-dit Tala Zawech, ce matin. Un endroit qualifié de funeste par les habitants de la région. La première victime, K. N., âgée de 14 ans a été tuée sur le coup. La victime a été écrasée par un chauffard. Son amie, qui n’est autre que sa cousine , C. N., âgée de 9 ans ans a été grièvement blessée. Son état est jugé très critique, ajoute notre source. Les deux victimes étaient sur le chemin de l’école ce matin. Le chauffard, âgé de 33 ans, a été arrêté par les services de sécurité.

Deux hommes retrouvés morts le lendemain d’une chute dans un ravin à Bougie

Dans l’après-midi du dimanche, les corps sans vie de deux hommes âgés tous les deux de 39 ans, ont été découverts, au fond d’un ravin sur le chemin intercommunal reliant Tizi N’Berber à Taskriout via Kefrida, par des jeunes qui s’adonnaient à leur randonnée quotidienne. Les morts gisaient devant leur voiture, une Peugeot 307, qui était sérieusement endommagée suite aux nombreux tonneaux qu’elle avait faits. Les dépouilles des victimes ont été évacuées par les pompiers à la morgue de l’hôpital d’Aokas d’où elles seront transférées au CHU de Bougie pour une autopsie. Selon l’entourage familial des victimes, ces dernières rentraient le samedi matin chez elles, à Kefrida, quant elles ont été gênées par le brouillard qui voile, presque à longueur d’année, cette région montagneuse, les forçant à rater un virage pour chuter dans le ravin. Ce n’est que le lendemain que des randonneurs les ont aperçus et ont donné l’alerte. L’un étant policier et l’autre cuisinier, mariés depuis quelques années seulement, les deux morts ont laissé deux veuves et des orphelins en bas âge.

Youva Ifrawen et Amaynut