Trois mois après son limogeage : Où est passé El Hadi Ould Ali ?

1

ALGÉRIE (Tamurt) – Trois mois après son limogeage à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports pour des raisons qui restent encore inconnues, El Hadi Ould Ali, ancien secrétaire national et président du bureau régional de Tizi Ouzou du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), puis directeur de campagne présidentielle de Abdelaziz Bouteflika dans la même wilaya, n’a fait aucune apparition publique, lui dont les bains de foule, même préfabriqués de toutes pièces, sont une véritable obsession pour compenser sa personnalité encline à toutes formes de compromission envers le pouvoir algérien. El Hadi Ould Ali, qui ne ratait aucune occasion pour jouer à l’intéressant notamment lors des anniversaires de la naissance et de l’assassinat de Matoub Lounès, a complètement disparu le 25 juin dernier.

Bien sûr, il est évident qu’il lui est impossible de mettre les pieds au village Taourirt Moussa le 25 juin, mais il aurait bien pu s’incruster subrepticement dans la maison de Matoub quelques jours plus tard comme l’a fait le ministre de la Culture Azeddine Mihoubi. Il ne l’a pas fait. Idem pour toutes les autres occasions où il aurait pu ne serait-ce que faire un bref passage comme le font pas mal d’autres responsables une fois éjecté du fauteuil qu’ils occupaient si confortablement souvent sans le mériter.

Si El Hadi Ould Ali ne fait plus d’apparitions publiques, beaucoup de témoins nous ont fait part du fait qu’il écume, de tant à autre, la maison de a culture Mouloud-Mammeri où il a reçu à maintes reprises Malika Matoub notamment à la veille de la tenue de la commémoration du 20 ème anniversaire de l’assassinat du poète. El Hadi Ould Ali y reçoit également, de temps à autres, quelques chanteurs-kabyles de service, qui ont bénéficié d’énormément de largesses et de dividendes financières du temps où il était directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou.

Tarik Haddouche