Tué dans des circonstances floues : Le deuxième assassinat d’Ebossé par la FAF !

23

KABYLIE (Tamurt) – Au lieu de donner la vraie version de l’assassinat du joueur de la JSK, le Camerounais Albert Ebossé, au stade du premier novembre de Tizi-Ouzou, la fédération algérienne parle d’indemnité versée à la famille de la victime. Les responsables de la FAF ont pris comme mesure d’exiger de la JSK de verser à la l’épouse d’Ebossé tous ses salaires mensuels jusqu’à la fin du contrat qui le lie avec le club kabyle, la JSK.

La famille d’Ebossé et tous les Kabyles attendent de dévoiler les responsables de ce drame. Personne n’a revendiqué des subventions financières. Les déclarations de la FAF ne sont qu’un second assassinat du pauvre Ebossé. L’ambassadeur camerounais à Alger à exigé la vérité et toute la vérité pas autre chose.

Les circonstances de ce drame ne sont pas connus, à ce jour. Dans les premiers temps le président de la JSK, Moh Chrfif Hannachi voulais à tout prix faire croire que la victime a été tuée sur le terrain on appelant même certains de ses amis journalistes pour relayer cette version. Maiis le monde entier a vu Ebossé quitter le stade sain et sauf.

Pourquoi Hannachi veut-il cacher la vérité ? Certains témoins affirment que l’auteur de ce crime pourrait etre un des mercenaires que Hannachi paie pour s’accaparer à vie de la JSK.
Une sorte de videurs, de «Bodyguard» du stade du premier novembre de Tizi-Ouzou. Le crime n’a pas eu lieu pourtant dans un désert, mais dans l’enceinte d’un stade de football truffé de journalistes et caméramans, instances sportives algériennes et arbitres, services de sécurité en masse, etc.
Pourquoi les autorités algériennes tardent à donner la vraie version de ce crime. Le procureur de Tizi-Ouzou a annoncé juste que le joueur n’a pas été tué sur le terrain comme l’a bien rapporté [Tamurt-Info dans notre édition du 24/08->http://www.tamurt.info/fr/ebosse-n-a-pas-ete-tue-sur-le-terrain,7125.html?lang=fr].

Aux dernières nouvelles, Hannachi a affirmé qu’il ne quittera pas son poste de président pour «continuer à servir le club et le protéger !»

Il est à noter que les autres victimes de la violence du stade de Tizi-Ouzou sont les supporters de la JSK. Ils sont agressés dans les gradins et devant les services de sécurités par certains vouyous de la ville de Tizi-Ouzou sans que jamais les services de sécurité bougent le petit doigt.
Si un projectile a été lancé à partir de la tribune, c’est que les policiers n’ont pas fait leur travail. «Les vendeurs de la drogues dans les gradins sont connus par tout le monde. On les voit à chaque match et ils font ce qu’ils veulent. Comment arrivent-ils à faire à cacher la drogue dans les tribunes, si ce n’est par la complicité des services de sécurité ?», Témoigne un supporter de la JSK ce matin à Tizi-Ouzou.

Saïd F.