Tunisie: affrontements entre salafistes et policiers à Tunis

2

Des affrontements opposaient dimanche policiers et salafistes dans la banlieue ouest de Tunis, après que les autorités ont interdit la tenue du congrès du mouvement salafiste jihadiste Ansar Ashriaa dans la ville de Kairouan.

Faute d’avoir pu tenir son congrès à Kairouan (150 km de Tunis), bouclée par un impressionnant dispositif de sécurité, Ansar Ashriaa a appelé dans la matinée ses partisans à se rassembler dans la Cité Ettadhamen, bastion salafiste à 15 km à l’ouest de la capitale.

En milieu de journée, des heurts ont éclaté dans les rues de ce quartier où des centaines de salafistes ont érigé des barricades à l’aide de pneus en feu et jeté des pierres sur les forces de l’ordre.

La police a répliqué avec des tirs de sommation et de gaz lacrymogènes, et a déployé des blindés et des bulldozers pour disperser les militants et détruire les barricades.

Le porte-parole d’Ansar Ashariaa, Seifeddine Raïs, a notamment été arrêté, selon son organisation et une source sécuritaire.

Le gouvernement tunisien dirigé par le parti islamiste Ennahda, qui a reconnu début mai la présence de groupes armés d’Al-Qaïda sur son territoire, a interdit le rassemblement d’Ansar Ashariaa, en le qualifiant de «menace pour la sécurité» du pays.

AFP