«Ultimatum pour le gouvernement algérien»

25

DIASPORA (Tamurt) – C’est Nacer Hamadène, Secrétaire Général de la structure, qui ouvre la séance pour souhaiter la bienvenue à l’assistance nombreuse, venue de tous les coins de l’Hexagone et surtout de la région parisienne. Le bilan financier, présenté par Yacine Cheraiou, atteste de la forte adhésion des kabyles de France à l’idée d’autonomie de leur région natale, et qui contribuent d’une manière significative à l’avancement du MAK, à travers des dons et autres contributions. Le responsable du MAK a tenu à remercier tous les adhérents et les sympathisants qui, par leur action, honorent la Kabylie et confirment leur attachement inébranlable à la liberté du peuple kabyle.

Le président de la fédération s’est étalé sur les actions de grande envergure menées par le MAK-France, afin de dynamiser la communauté kabyle en France, et de diffuser le message du MAK dans les tribunes françaises et internationales. L’orateur a rappelé le grand rassemblement, organisé à la place de la République à Paris, le 18 avril 2009, et le nombre important de militants qui ont rejoint le MAK-France depuis cette action qui a redonné de l’espoir à la diaspora kabyle. Arezki Boussaid, dans son inventaire, a rappelé que le MAK s’est recueilli, pour la première fois dans l’histoire de la Kabylie, sur les martyrs kabyles de la guerre d’indépendance. C’est en collaboration avec les autorités locales de la mairie d’Aubervilliers, qu’une gerbe de fleurs a été déposée et un discours de Ferhat a été prononcé, devant le maire de la ville, le député socialiste du département et une importante assistance, en hommage aux kabyles tombés lors des émeutes du 8 mai 1945, à l’Est de la Kabylie.

Le premier responsable du MAK-France a insisté sur l’intense action diplomatique du MAK et de son président, en rappelant l’historique discours de Ferhat Mehenni, devant l’instance onusienne des peuples autochtones, le déplacement d’une délégation du MAK au parlements européen et flamand et surtout la réception officielle du MAK par le Quai d’Orsay. Ces activités montrent à quel point la Kabylie avance dans la quête de sa liberté et le crédit dont elle bénéficie chez les peuples et les États civilisés. En fin de son intervention il a exhorté les présents à plus d’engagement et à plus de sensibilisation des membres de la communauté qui n’ont pas encore franchi le pas. Madani Ivurayen, responsable à l’organique, pour sa part a fait le point sur les adhésions et la structuration du MAK. Il a rappelé la situation difficile que vit la Kabylie et la nécessite de la libérer du joug algérien. Ahviv Mekdam, responsable du département jeunesse et université, a fait un long réquisitoire contre le pouvoir central d’Alger qui, selon lui, après avoir emprisonné les militants kabyles, assassiné les jeunes kabyles, appauvri la région, est en train de la pousser à l’implosion en la quadrillant militairement, en envoyant de terroristes repentis, pour exercer comme Imams dans la région, et surtout en cautionnant les fléaux sociaux, étrangers aux valeurs ancestrales des habitants: « la drogue, la prostitution, le banditisme et les kidnappings font des ravages en Kabylie sans que les autorités, sensés protéger la population, ne bougent le petit doigt ».

L’intervention de Ferhat Mehenni était très attendue et chaleureusement saluée. Le président du MAK, après s’être incliné à la mémoire de toutes celles et tous ceux tombés pour la Kabylie, dont il assume le combat, il lance d’emblée un ultimatum aux autorités algériennes en annonçant solennellement : « Le 20 avril 2010 sera le jour de la liberté du peuple kabyle ! Le pouvoir algérien a jusqu’à cette date butoir pour reconnaître l’autonomie de la Kabylie. Au-delà, nous mettrons sur pied un gouvernement provisoire ! ». Ferhat a rappelé que le combat qu’il mène depuis 30 ans l’a définitivement convaincu de la nécessite et de l’urgence, pour le salut de la Kabylie, de disposer de son propre Etat.

Achour Kacher, président de la section MAK du Nord est intervenu pour rappeler des activités organisées par la section et de la nécessite de créer d’autres sections, à travers le territoire français.

Un débat riche à été lancé après la clôture des travaux. Les modalités de répondre à une éventuelle répression de la police algérienne, la carte d’identité kabylie et le rôle des médias kabyles ont été abordés par les intervenants. C’est autour de gâteaux kabyles, préparés par la femme d’un militant, de café et d’amuses-gueule que la réunion s’est achevée. Les nombreux militants, de tout age, ont renouvelé leurs adhésions et leur confiance dans le mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Ils se sont donnés rendez-vous à la place de la République pour le grand rassemblement, du 18 avril, organisé dans le cadre du Collectif Tafsut 2010, et du Sit-in devant l’ambassade d’Algérie à Paris, le 20 avril et auquel le MAK-France a appelé, pour commémorer les printemps kabyles et surtout affirmer la volonté de liberté pour le peuple kabyle.

Synthèse A. Mekdam