Un ancien premier ministre algérien le confirme
« Nezzar était un infiltré de services secrets français »

21
Un ancien premier ministre algérien le confirme« Nezzar était un infiltré de services secrets français »
Un ancien premier ministre algérien le confirme
« Nezzar était un infiltré de services secrets français »

ALGERIE (Tamurt) – La liste des témoins au sein même du régime algérien qui affirme que Khaled Nezzar, a continué à travailler pour le solde de la France, et même après l’indécence, ne cesse de s’allonger. Le dernier témoin en date, l’ancien premier ministre de Chadli Bendjdid, Abdelahamid Brahim, et pas des moindres, a fait des révélations les plus fracassantes concernant le général Nezzar.

Sans mâcher ses mots, Abdelhamid Brahimi dira que « les anciens déserteurs de l’armée française, à la fin de la guerre, ont déserté sur ordre de l’armée française pour infiltrer la Révolution algérienne ».  Il dira qu’ils sont au nombre de 14 officiers, dont Nezzar. « Ils ont rejoint les rangs de l’ALN pour être les futurs agents d’une cinquième colonne en prévision de l’indépendance inéluctable de l’Algérie », dira Brahimi à la presse algérienne qui vient de rentrer d’un exile de plus de 25 ans, après avoir fait éclater le scandale de vol de la femme de Chadli de plus de 27 milliards de centimes en 1989 dans l’affaire dite «  Halima ».

L’ancien premier ministre algérien pousse même le bouchon plus, en indiquant que les 14 décideurs qui étaient à la solde de l’armée française et des services secrets de ce pays après l’indépendance ont été même protégés par Boumediene et s’ils ont réussi à s’accaparer des postes clés, c’est grâce justement à ce Boumediene.

Notons que Khaled Nezzar lui-même a reconnu qu’il était durant la guerre de libération nationale avec l’armée française, mais il n’a jamais porté aucune explication concernant ses liens avec les services secrets français lorsqu’il était haut responsable de l’armée algérienne entre 1970 et 1994.

Nezzar n’a jamais nié ce que ses anciens compagnons au sein du régime lui reprochent. Même Chadli Bendjdid a affirmé dans ses mémoires que Nezzar a toujours travaillé pour le solde des autorités françaises.

Lounès B