Un animal sauvage sème la terreur dans la Commune d’Agouni Gueghrane

8

KABYLIE (Tamurt) – Un fait des plus étrange se produit ces derniers jours dans la région d’Agueni Gueghrane. Un animal sauvage sème la terreur et les autorités locales sont pointées du doigt pour leur passivité. Il a déjà mordu cinq personnes dans les parages du chef-lieu et sur la route reliant les Ouacif.

Il s’agit, selon plusieurs témoins, d’un chacal d’une forme particulière d’une agressivité envers les personnes qui sème la peur au sein de la population et des villageois de cette région montagneuse.  » La sécurité des personnes et des biens relève du domaine du premier magistrat de la commune, en l’occurrence, le Président d’APC d’Agouni Gueghrane, en vertu du code communal et de la loi sur la santé publique cependant le Président d’Apc en question n’a pris aucune mesure conservatoire pour anticiper sur les agressions des citoyens empruntant la route ou sévit l’animal agressif. pis encore, les cinq citoyens victimes de l’agression de cet animal dangereux ont été évacués par leurs familles vers des cabinets médicaux pour leur administrer un vaccin antirabique », nous informe un habitant de la région.

L’on note que le président d’Agouni Gueghrane avait tout une compagne tombeur battant contre le tableau de Slimane Azem et Mouloud Mammeri mais pour autant n’a rien dit quand il s’agit d’un danger public contre ses concitoyens aux risques majeurs d’être dévorer par l’animal dont il est question. Le Maire d’Agouni Gueghrane n’a pris aucune initiative pour abattre l’animal qui a terrorisé la population de la région d’autant plus que la route est empruntée par les écoliers particulièrement.

Au dernières nouvelles, un conducteur a abattu l’animal par son véhicule agricole en écrabouillant. « L’animal semblable à un chacal issue d’un lâchage d’animaux sauvages dans la Parc National de Djurdjura par l’État algérien dont les desseins sont obscures pour toute la population kabyle qui vit dans les Communes limitrophes au Parc Djurdjura comme Agouni Gueghrane, At tuddert, Les At Bouaddou », ajoute notre interlocuteur.

Ravah Amokrane