Un bienfaiteur offre deux électrochocs aux hôpitaux d’Akbou et Ouzellaguen

0

BOUGIE (Tamurt) – Le secteur de la santé ne fonctionne à Bougie que par la seule volonté des médecins et paramédicaux, aidés et encouragés par quelques âmes charitables.Ce qui est le cas, par exemple, à Akbou et Ouzellaguen, dont les structures hospitalières viennent d’être dotées d’électrochocs offerts par un industriel de la région.

Outre ce don, l’industriel a invité un médecin de la région qui occupe le poste de directeur d’un centre de formation aux soins d’urgence, en France, pour l’organisation d’une journée d’information  sur la méthode d’utilisation de cet appareil, en faveur  des médecins exerçant dans les établissements de santé, ayant  bénéficié de ces dons.

Le CHU de Bougie, de son côté, même s’il n’est créé que sur papier pour le moment, n’empêche qu’il n’arrête pas de faire parler de lui en bien depuis l’installation de l’enfant de Kherrata au poste de directeur général, le professeur Danoune en l’occurrence.  En l’espace de deux semaines, les services de neurochirurgie et d’ORL  ont réussi deux opérations chirurgicales que seules  les grandes structures pourvues de tout le matériel nécessaire pratiquent.Le professeur Tliba a remplacé le disque intervertébral d’une patiente polyparalysée par une prothèse. Il compte en faire de même avec un autre patient la fin de cette semaine.Le professeur Boudjenah, chef de service ORL et chirurgie cervico-faciale, a réalisé une Autoplastie sur un enfant d’une dizaine d’années qui avait des oreilles décollées.

Plusieurs autres interventions nécessitant la haute maîtrise ont été réalisées au CHU de Bougie depuis l’installation du professeur Danoune qui a pu sensibiliser des professeurs de renom à rejoindre sa structure hospitalière malgré le peu de moyens dont elle dispose.

 

Amaynut