Un éleveur de reptiles cherche désespérément un abri pour ses bêtes

1

« Voilà maintenant treize ans que j’élève ces innocentes bêtes qui, bien malgré elles, suscitent une peur bleue à bien des personnes », nous confie M. Hassan Boulked que nous avons rencontré à Tizi-Ouzou. Papillon cherche désespérément une vielle maison pour servir d’abri à ses bêtes dans les faubourgs et environs de la ville de Tizi-Ouzou.

L’homme, très erratique jusqu’à maintenant pour les besoins de ses connaissances en erpétologie, veut se sédentariser à Tizi-Ouzou. Notre interlocuteur avoue posséder des couleuvres, des vipères, des lézards, des caméléons , des tortues et tant d’autres têtes de cette espèce rampante. Sa grande fierté est surtout son boa, une femelle de deux ans qu’il a baptisée Finta. Finta mesure 02 mètres et a un poids de 36 kilogrammes.

En ce moment, les reptiles de Papillon, à l’exception des tortues, sont en hibernation. M. Hasan Boulked nourrit également l’intention de mener des campagnes de vulgarisation et de pédagogie sur ces innocents reptiles, notamment les serpents. « Les serpents, à l’instar de beaucoup d’animaux sauvages d’ailleurs, nous confie-t-il, sont victimes des légendes qui les entourent ». « Ce sont bien les hommes qui ont inventé des armes destructrices et non les serpents », plaisante notre interlocuteur.

La passion de Papillon pour les reptiles remonte à sa tendre enfance. Et à peine mis le pied dans le monde des adultes, le voilà pour une longue pérégrination en continent africain. Tunisie, Egypte, Libye, Mauritanie, Niger, Mali, Kenya et Sénégal sont des pays qui ont accueilli et offert l’hospitalité ainsi que leurs connaissances à Hassan Boulkid. Au Sénégal, Papillon s’est même rendu aux Îles-des-Gorilles, région natale de Kontakinti, le célèbre chef de tribu victime de la traite des esclaves et de sa femme Finta.

Aujourd’hui, l’homme a acquis de solides connaissances en erpétologie. Il va sans dire aussi qu’il milite pour la sauvegarde et le respect de ces êtres rampants et qui ne quittent leur profond sommeil qu’à la saison chaude.